• L'un de vous m'a signalé qu'il n'avait pas accès au dernier article car un mot de passe le protégeait. Je suis allée voir et effectivement mon article s'était mis par défaut dans une rubrique protégée. C'est réglé! Vous pouvez le lire ICI. Bonne lecture et belle journée à vous!!

     


    votre commentaire
  • Je suis extrêmement fière de mes élèves et du travail titanesque qu'on a fourni durant cette année pour que ce projet puisse aboutir. 

    Franchement c'est le projet le plus riche que j'ai eu à mener durant toutes ces années. Je me suis même découvert des talents cachés. D'ailleurs si vous souhaitez travailler la rédaction en lien avec l'environnement et les légendes avec un rendu  artistique, je vous le conseille vraiment.

    C'est un projet amateur et il y a certainement des imperfections dans l'enregistrement puisque je ne suis pas ingénieur du son mais ce n'est pas cela l'important. Avec les élèves on a écrit des textes, ils y ont pris du plaisir et ont découvert le métier d'auteur de A à Z. Ils ont développé tout un univers imaginaire et chacun y a participé avec ses talents...  Je comprends que certains auteurs viennent s'inspirer dans les classes. J'ai été impressionnée par les milliards d'idées que le groupe classe a pu avoir. La mise en voix a été aussi une découverte pour ce groupe classe, pas très à l'aise, avec l'oral (d'où le choix du projet). Au départ timides et mal à l'aise, ils m'ont impressionnée par leur  aisance au fil des prises. Pour certains, cela a même été une véritable révélation… 

    Ce CD s'est donc fait dans la joie et la bonne humeur avec une certaine exigence de leur part (Ils savaient très bien s'ils avaient réussi ou non leur mise en voix et demandaient spontanément à la refaire si ce n'était pas bon) et je pense que pour eux comme pour moi, cela restera un merveilleux souvenir… Même l'ambiance dans la classe a changé au fil du projet; ils se sont découverts les uns les autres et  sont plus soudés et plus solidaires qu'avant. 

    Je vous laisse découvrir par vous même en cliquant sur l'image

    ça y est notre projet d'année est fini!

     


    2 commentaires
  • Les dernières recherches en neurosciences ont démontré qu’il est essentiel de mettre les élèves en recherche pour leur permettre de développer leur goût pour les mathématiques.

    Dès le plus jeune âge, ils ont l’intuition des nombres, des quantités (cf : livre la bosse des maths 20 ans après) cette découverte du monde qui les entoure, développe chez eux une très grande curiosité et de nombreuses interrogations. Ils veulent comprendre ! Si cet appétit n’est pas alimenté, il s’éteint et le plaisir d’apprendre avec.

    Je suis toujours frappée par la passivité de certains de mes élèves, en début d’année, notamment en maths, comme s’ils n’avaient plus le goût d’apprendre, que tout était perpétuellement une corvée. Mon challenge est donc de les réveiller.

    Récemment, j’ai eu la chance d’accueillir, de nouveau, dans ma classe, Bernadette Guéritte-Hess pour une séance « décimaux et mesure ». J’ai pu observer mes élèves et j’ai été frappé par l’évolution de chacun. Tous totalement « réveillés », motivés, prêts à chercher, à trouver de nouvelles règles en maths, confiants en leurs capacités, ce qui n’était pas forcément le cas en début d’année.

    Développer le goût des mathématiques

    Qu’est-ce que je suis fière du chemin qu’ils ont parcouru, certains revenaient de très loin ! Ils sont même allés, en terme de réflexion mathématique, beaucoup plus loin que leur niveau de classe. J’en ai été admirative ! Forcément quand les mathématiques riment avec plaisir, tout est plus facile !

     

    J’ai conscience qu’on ne peut pas faire l’unanimité mais je trouve dommage de se priver de quelque chose qui fonctionne si bien ! Mon partage n’a qu’un but : aider à faire évoluer l’enseignement des maths car en France, il en a grandement besoin.

    Je rappelle également que j'ai une formatrice hors pair, spécialiste dans le domaine mathématique  ( elle a même enseigné les maths à des sourds et à une tribu amérindienne dont elle ne parlait pas la langue). Actuellement, elle  modernise au regard des neurosciences ce qu'elle sait et qu'elle a engrangé en de nombreuses années d'études  et en plus de 50 ans d'expérience. Certes, en tout ce temps, les élèves ont changé mais elle a évolué avec eux … Elle est incroyable!  Avec un tel bagage, la réussite n'est pas due au hasard. N'en déplaise aux sceptiques. Et  l'évolution très positive de mes élèves en est la plus belle preuve!Certains pays très avancés  dans le domaine de l'enseignement des maths, s'intéressent d'ailleurs de très près à son travail. 

    Il est vrai qu’il est difficile de se représenter un fonctionnement par des articles ou des fiches. Les personnes qui ont pu observer, dans ma classe, les séances, ont vu les étoiles dans les yeux des élèves, leurs réflexions de plus en plus expertes, leur plaisir d’apprendre. Sur un blog, c’est plus compliqué à voir.

     

    En fait, le secret réside dans l’expérience. Les mathématiques, ça se vit avant tout. Il s’agit d’une expérience personnelle qui entraine une réflexion. L’enseignant guide, oriente par ses questions mais en aucun cas ne donne des solutions toutes faites. Ce sont les élèves qui construisent les règles mathématiques, par la recherche, en se trompant parfois,  et cela change tout ! ON N’EN RESTE PAS A LEURS INTUITIONS INITIALES, ON S’EN SERT COMME POINT DE DEPART D’UNE RECHERCHE MAIS LA MANIPULATION PERMET DE LES REMETTRE EN CAUSE. L’élève apprend à raisonner par lui-même, il comprend les maths en profondeur.

    Développer le goût des mathématiques

    Du coup, dans la classe je n’ai plus des : « De toute façon, je suis nul, je n’y comprends rien » mais plutôt « Je me suis trompé, je le sais. Mais je ne comprends pas mon erreur, pouvez-vous m’aider ? Mes élèves me demandent donc en toute confiance, sans peur d'être juger, de faire preuve d’empathie intellectuelle car ILS VEULENT COMPRENDRE et cela me réjouit de voir qu'ils ont compris  la base de tout apprentissage. Lorsqu’un petit apprend à marcher, il tombe d’abord.

    J’ai conscience qu’il est plus simple et moins onéreux en temps pour un enseignant de dire les règles aux élèves et de les faire appliquer mais un élève qui ne les a pas trouvées par lui-même, ne fixera pas de la même façon, les choses et ne fera pas forcément les liens nécessaires. Il tentera de calquer son raisonnement sur ce que l’adulte attend même si parfois cela n’a pas de sens pour lui.

    Chaque début d’année, j’ai la sensation de passer beaucoup de temps dans la manipulation, la préparation de situation de recherches. Mais ce temps-là est largement rattrapé à partir de janvier car la classe a mis en place des mécanismes de raisonnement qui permettent d’avancer beaucoup plus vite. Cela m’impressionne toujours.

    Développer le goût des mathématiques

    En voici les étapes :

    1) Matériel devant élèves et manipulations 

    2) Verbalisation de ce qu’ils ont fait par eux. (l’enseignant a anticipé tous les cas de figures, en envisageant des questions en cas de blocage, parfois il est nécessaire de revenir à la manipulation).

    3) On fait le geste pour passer dans l’abstraction

    Développer le goût des mathématiques

    4) On écrit ce qui s’est passé

    5) On construit une trace écrite qui reprend ce qui a été découvert et on la mémorise en vue de la garder dans sa tête sur le long terme. (Cette mémorisation se fait d’autant plus naturellement que l’élève s’est impliqué personnellement par l’expérience qu’il en a faite) . JE SUIS ENCORE  EN PLEINE REFLEXION SUR CE SUJET.

    6) On s’entraine individuellement sur toutes les situations possibles. Le contexte est changé et la compréhension profonde de ce qui a été vu, est vérifiée. (Tutorat et retour à la manipulation, verbalisation, au gestuel est parfois nécessaire car le temps de comprendre est différent selon les élèves). Différenciation en fonction d’où se situe l’élève.

    7) Test(s) Les neurosciences préconisent des petits tests réguliers pour que l’élève puisse confronter ce qu’il croit avoir compris avec ce qui est attendu. (remédiation si nécessaire)

    8) Rituels. Pour fixer un concept sur le long terme, il vaut mieux le voir en plusieurs fois (le sommeil joue un rôle dans la mémorisation à long terme) et la répétition par un rituel permet de savoir où je l’ai rangé dans mon cerveau. Cela permet de laisser un temps d’assimilation plus long aux élèves plus lents. Je varie les rituels en fonction des besoins des élèves. Pendant deux périodes nous avions de 1 à 3 problèmes par jour à résoudre avec des opérations. Nous faisons actuellement un rituel de 10 conversions par jour en utilisant internet.

    9) EVALUATION BILAN

     

    Maintenant parlons du mot « enlever » que j’ai mis dans la carte mentale sur les opérations et qui pose problème à certains d’entre vous.

    Développer le goût des mathématiques

    Je travaille sur les bases et dans le cas général lorsque je soustrais, quel est le geste mathématique ? Je prends dans le tout, une partie. Donc j'enlève, c’est la base. De plus qu’est-ce qui est important de comprendre dans le concept de la soustraction ? Quelle manipulation peut aider à le comprendre ? sont à mon sens, les vraies questions qu’il faut se poser. Comprendre la soustraction, c’est comprendre l’inclusion. Nous avons un tout que nous connaissons et des parties non égales qui sont dans le TOUT (contrairement à l’addition) et nous cherchons une de ces parties.

    Combien de fois, année après année, ai-je demandé à mes élèves en début d’année de me faire avec des jetons 5-3 et de les voir me mettre d’un côté 5 et de l’autre côté 3, preuve qu’ils n’avaient pas intégrer ce concept pourtant essentiel à la reconnaissance d’un problème de soustraction. (séance ICI)

     Alors certes, ensuite, il faut, par une série de problèmes multiples et variés, travailler sur des contextes différents pour éviter la simplification à outrance de ce concept, et travailler la flexibilité du raisonnement mathématique (la réversibilité notamment. C'est marqué plus, pourquoi tu fais moins?) mais parler d'enlever en ce qui concerne la soustraction  reste la base quand même.

     

    Dernièrement, nous avons travaillé avec la classe, les concepts d'encadrer et arrondir des nombres décimaux. Cette année, j'ai décidé de ne pas l'aborder avec la droite graduée qui complique, pour certains les choses. Nous sommes partis du jeu du juste prix avec le matériel de la classe . Nous l'avons un peu théâtralisé… Et franchement, ils sont repartis en ayant compris beaucoup de chose. C'est bien-sûr, à retravailler mais ils se sont investis, ils ont pris du plaisir à réfléchir et ont bien souvent trouvé les réponses sans que je doive intervenir avec des questions. Ils ont même fait de nombreux liens. C'est valorisant pour eux, comme pour moi!

    Si j'ai le temps et que ça vous intéresse, je pourrai vous faire un article dessus avec les photos à l'appui.

    Je vous souhaite de magnifiques moments avec vos élèves. N'hésitez pas à me faire part de vos retours!


    votre commentaire
  • Voici le lien vers la méthode géniale que je teste actuellement en anglais. ICI

    Pour laisser vos commentaires….


    votre commentaire
  • Voici le lien vers la rubrique géographie que je viens d'étoffer:

    La nature en ville en géographie ICI

     

    Bonne lecture! 


    votre commentaire
  • Travailler la poésie n'est pas simple. Pourtant, jouer avec la langue et les émotions est un moyen d'expression tout à fait extraordinaire!

    Le texte rhétorique: c'est fantastique!

    Je vous partage aujourd'hui la séquence réalisée en classe  et qui a donné naissance à de très jolies productions! Je suis vraiment fière d'avoir pu  accompagner mes élèves dans cette découverte.

    Une chanson est même née à partir de leur dernier poème. 

    Je vous invite donc à découvrir cette séquence  en cliquant sur le lien ICI

     

    Si cela vous inspire, n'hésitez pas à me laisser un petit commentaire… Merci!

     


    votre commentaire
  • Tout d'abord, je voudrais vous souhaiter mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Notre métier est plein de défis et je vous souhaite de continuer à vous épanouir dans ce que vous entreprenez…

    Nouvelle rubrique

     

    Voici une nouvelle rubrique qui s'appelle Flash maths où je partage notamment les nouveaux diaporamas que je projette en maths. 

    Nouvelle rubrique

    En voici un extrait ICI

     

    Et pour finir


    Nouvelle rubrique

     à vous que me suivez depuis longtemps.

    à vous qui pensez à me laisser un petit commentaire encourageant qui illumine ma journée…

    à vous qui m'inspirez chaque jour... 

     


    3 commentaires
  • Je vous partage aujourd'hui les diaporamas de mes  3 première périodes en géographie qui vont avec la méthode Magellan ICI


    votre commentaire
  • Cet été en me penchant sur les programmes, je me suis aperçue que la phrase exclamative avait basculé dans les formes de phrases et plus dans les types de phrase.

    Réjustement des programmes: la forme exclamative

     

    Une ancienne collègue avec un DEUG de lettres m'avait parlé de cette erreur, il y a quelques années,  sur la phrase exclamative qui n'était pas, en fait, un type de phrase mais comme c'était dans les programmes, je continuais de l'enseigner comme ça. 

    En creusant, j'ai trouvé une explication très claire de madame Picot sur  pourquoi il s'agit d'une forme et pas d'un type de phrases,  dans les commentaires ICI

    Du coup  pendant les vacances, j'ai cogité pour savoir comment désapprendre aux élèves ce concept pour le réapprendre correctement.

    Je vous partage ici le diaporama sur ces 3 séances: une sur les types de phrases, une sur la forme négative, une sur la forme exclamative.

     J'ai mis un test rapide à la fin de chaque nouvelle séance car, selon les neurosciences, il s'agit du meilleur moyen pour l'élève de vérifier s'il sait et de pouvoir y remédier s'il se rend compte qu'il ne sait pas. De plus cela renforce la mémorisation à long terme d'après les dernières expériences scientifiques. Du coup, j'expérimente...

    Télécharger « types et formes de phrase.pdf »

    Et voici deux cartes mentales qui sont présentes aussi dans le diaporama.

    Réjustement des programmes: la forme exclamative

    Réjustement des programmes: la forme exclamative

    Réjustement des programmes: la forme exclamative

    Attention, à la négation dans une phrase interrogative :

    ex: Ne mange-t-il pas à la cantine? Si pour une affirmation qui contredit la négation de la question . Non s'il ne mange pas.

     

    Si cela vous a plu ou aidé, n'hésitez pas à laisser un commentaire!


    3 commentaires
  • Grâce à Bernadette Guéritte-Hess que je remercie, j'ai découvert 2 films sur l'école de demain qui traitent de l'avancée des neurosciences et c'est vraiment passionnant. Attention ces vidéos ne sont en replay que jusqu'au 11 novembre.

     

    vidéo 1 lien ICI

    vidéo 2 lien ICI

     

     

    Et voici une carte mentale des 4 piliers d'apprentissage

    Quand les neurosciences s'invitent à l'école...

    Ce que j’ai retenu de demain l’école émission sur ARTE 

     

    2 systèmes scolaires sont mis en parallèle, celui de Singapour et celui de Finlande.

     

    SINGAPOUR

     

    Bien qu’il soit extrêmement intéressant de comparer ce qui fonctionne dans d’autres pays, le système de Singapour basé sur l’effort, le travail et la discipline me dérange car les enfants dès tout-petit sont en compétition, ils ont pour 80% d’entre eux du soutien scolaire tous les jours ( ce qui rallonge les journées d’école) avec beaucoup de devoirs le soir.  La fillette de 10 ans,     interrogée expliquait qu’elle manquait de sommeil et se sentait submergée par le travail, elle aurait souhaité avoir un peu  de loisirs. Elle paraissait épuisée. Le taux de suicide des 10 – 17 ans  a d’ailleurs augmenté de 50% dans ce pays car la pression est trop forte pour des enfants de cet âge. De plus, s'ils sont conditionnés dès leur plus jeune âge , la créativité et l’esprit critique ne risquent -ils pas de leur manquer pour devenir de vrais leaders? 

     

    Ce que je retiens d’intéressant

     

    Parole du créateur de la méthode Singapour BAN HAR YEAP : «  L’apprentissage des mathématiques, ce n’est pas du calcul, une technique routinière, ce n’est pas une mémorisation par cœur, il s’agit de penser, de résoudre des problèmes, il s’agit de comprendre les choses. »

     

    La méthode de Singapour est célèbre pour ses résultats très  positifs sur les élèves qui, je le rappelle, sont passés 1er au dernier rapport PISA. En effet, elle propose un glissement progressif du concret vers l’abstrait pour permettre à l’enfant de mettre du sens sur ce qu’il apprend.  « Il est essentiel, de s’appuyer sur le sens inné des nombres pour construire, rattacher le nombre à du concret ». Stanislas Dehaene

     

    De plus, il est important avant d’aborder un concept, de laisser les enfants réfléchir à ce qu’ils doivent apprendre et à ce qui est difficile pour eux.  

     

    Pour finir les enseignants jouissent d’une formation de grande qualité.

     

    FINLANDE

     

    En Finlande, le système est très différent du précédent et adapté à un nombre restreint de personnes avec un niveau relativement homogène, selon le reportage. Le temps d’école est diminué pour permettre à l’enfant de s’épanouir en dehors de l’école car nous n’apprenons pas uniquement à l’école. Il s’agit d’un des pays avec le moins d’heures à l’école et le moins de devoirs à la maison. Il est pourtant 5 ème au dernier rapport PISA. Dans ce pays, une attention toute particulière est donnée à l’environnement de l’élève : qualité de l’air, classes lumineuses, temps de pause ;  mais aussi à la formation des enseignants (5 ans) et aux méthodes pédagogiques innovantes comme celles de Montessori et Freinet.

     

    « De nombreuses études scientifiques attestent qu’un apprentissage laisse plus de trace dans la mémoire quand il est associé à une activité manuelle, sensorielle ».

     

    L’accent  est mis sur l’autonomie et la coopération favorisées par un travail de groupes. « L’élève est un sujet actif et pas un objet d’enseignement. Enseignants et élèves sont passés du face à face au côte à côte (…). Le rôle de l’enseignant est de les aider à se débrouiller dans ce monde, à distinguer une information correcte d’une fausse pour qu’ils puissent produire de l’information par eux-mêmes »

     

    De plus contrairement au système français qui axe son enseignement sur l’égalité (= le même enseignement  pour tous) , les élèves finlandais sont traités de façon différente (l'équité) en fonction de leurs besoins avec une pédagogie qui s’appuie sur leurs points forts  . C’est ce qu’on appelle la personnification de masse. On prend en compte les spécificités de chacun et on ne cherche pas à les mettre dans un même moule.

     

     Un travail de fond sur les valeurs humaines est également proposé : respect, entraide, empathie avec des cours de « nous » où on se concentre sur le groupe et le fonctionnement et le bien –être de chacun. « L’enfant qui fait preuve d’empathie améliore son estime de soi, ce qui se répercute sur ses résultats scolaires. »

     

    Tout est fait pour développer leur capacité de résilience, leur créativité, leur estime de soi.

     

    Une étude récente faite aux USA dénonce la surexposition aux écrans qui réduit l’interaction humaine et l’empathie.

     

     

     

     D’autres exemples d’écoles sont proposés dans ce reportage mais elles me semblent moins intéressantes : ATsckool, KHAN Academy. Cette dernière serait à l’origine de la classe inversée.  Petit rappel : le principe de la classe inversée consiste à inverser ce qui se fait en classe et en dehors avec une capsule vidéo de leçon à travailler à la maison pour laisser plus de temps aux explications et aux exercices à l’école.

     

    Pour ma part, je n’utilise pas cette pédagogie car elle n’est pas adaptée aux besoins des  élèves que j’ai actuellement.

     

    vidéo 2: les sciences du cerveau

    L’émergence des nouvelles technologies permet une exploration du cerveau au moment où l’enfant est en train de résoudre une tâche . Du coup le fonctionnement de notre cerveau est moins mystérieux.

     

     Il se reprogramme en permanence même à l’âge adulte. Notre cerveau est conçu pour apprendre.

     

    Le langage est le fruit de l’évolution et notre cerveau est conçu, génétiquement programmé, pour cela. D’autres activités comme la lecture sont apparues plus récemment et sont donc plus difficiles à acquérir car le cerveau n’a pas d’aire pour ça.

     

    Pour qu’un enfant apprenne mieux, les sciences cognitives préconisent de renforcer les piliers cérébraux de l’apprentissage qui déterminent la vitesse et la rapidité d’apprentissage.

     

    PILIER 1 : L’ATTENTION

     

    On peut la mesurer aujourd’hui. L’attention sélective est la capacité à filtrer les informations distractives et à augmenter le volume des informations sur lesquelles nous voulons nous concentrer (indispensable dans une salle de classe).

     

    « Quand un enfant dit : je ne vois pas, dans les classes, il faut le prendre au sérieux. Cela nous arrive à tous, de ne pas savoir à quel niveau, il faut orienter son cerveau. »

     

    « C’est le talent le plus important d’un enseignant que d’arriver à orienter l’attention de l’enfant dans le bon niveau de traitement, celui qui est pertinent. » Stanislas Dehaene

     

    Cette capacité est peu développée chez les jeunes enfants car elle dépend du cortex préfrontal qui n’arrive à maturité qu’à l’âge adulte. C’est le siège des fonctions exécutives qui permet de réguler les autres fonctions cognitives.

     

    Il existe 3 grandes fonctions exécutives

     

    1)    Le contrôle inhibiteur pour résister aux sources de distractions nombreuses dans une classe.

     

    2)    La mémoire de travail pour garder en tête de façon temporaire des informations nécessaires à l’exécution d’une têche, d’un travail.

     

    3)    La planification pour organiser les étapes à suivre afin de réaliser une tâche. Fonction indispensable sans lesquels aucun progrès sérieux et stable n’est possible. (Pour aider les enfants dès leur plus jeune âge à développer la planification, il est nécessaire de leur donner un objectif très précis, selon Céline Alvarez; par exemple tu nettoies la table mais tu ne laisses aucune goutte d’eau. Ce qui va permettre à l’enfant d’agir de façon très ordonnée.

     

    PILIER 2 : L’engagement actif

     

    Un élève apprend mieux, s’il est engagé dans son apprentissage. Un cerveau passif n’apprend pas. De plus en plus de pédagogies sont actives avec un projet d’éducation par la recherche.  « Le questionnement est l’une des plus belles manières de mener à la connaissance. »

     

    Les machines ne pourront jamais remplacer l’homme sur le questionnement, la mise en lien et le relationnel, il est donc important de développer ça chez l’enfant.

     

    Un enfant actif dans ses apprentissages est davantage curieux. Cela entraine une sécrétion de dopamine dans le cerveau qui est l’hormone du plaisir et stimule l’hippocampe (= rôle central dans la mémorisation à long terme).

     

    Du coup un travail en groupe entraine une meilleure mémorisation et restitution des connaissances.

     

    PILIER 3 : l’ERREUR

     

    Normale et indispensable pour apprendre. Le cerveau reconfigure des réseaux neuronaux au moment où l’enfant se rend compte qu’il a commis une erreur ce qui lui permet d’affiner les réponses suivantes et de se corriger. « Le cerveau pour apprendre a besoin de signaux d’erreurs, messages qui s’échangent en permanence entre différentes zones du cerveau et qui permettent de corriger. Le plus important c’est de savoir où on s’est trompé, d’où venait cette erreur, comment puis-je la corriger ? Il est nécessaire de prévoir une correction rapide après l’apprentissage avec des tests ou des quiz parce que l’activité de restituer les savoirs permet de mieux les retenir.

     

    Il est prouvé scientifiquement que l’alternance mémorisation/ test donne de meilleurs résultats. En effet, lorsqu’on se teste, on reçoit un feedback et on se rend compte si on ne sait pas. Ce n’est pas parce que l’information est stockée dans sa mémoire de travail qu’elle le sera dans la mémoire à long terme. Il faut donc prévoir des moments d’apprentissages spécifiques 15 minutes) et très rapidement des périodes de tests où l’enfant valide ses connaissances et découvre ce qu’il sait ou au contraire ce qu’il ne sait pas encore et qu’il doit encore travailler pour avoir  des résultats optimaux.

     

    Parfois travailler sur les erreurs des élèves c’est travailler sur l’inhibition. Dans ce problème j’entends plus pourtant il faut faire moins… Il faut lutter contre des automatismes parfois et pour cela il est nécessaire de développer la capacité à les bloquer.

     

    De plus, pour respecter autrui grâce au cortex préfrontal, je dois inhiber mon égocentrisme, ma façon de voir les choses et activer le point de vue de l’autre et faire une synthèse entre mon point de vue et le sien. Quelqu’un qui a de bonnes fonctions exécutives s’inhibe pour faire quelque chose d’utile à son apprentissage , à son métier.

     

    PILIER 4 : Consolidation

     

    Ce pilier est indispensable pour passer à l’apprentissage suivant. Pour rendre un apprentissage automatique, la répétition est nécessaire. Plus une connexion synaptique est sollicitée, plus elle se renforce, plus l’information circule vite. A l’inverse, une connexion neuronale non stimulée tendra à disparaitre.

     

    Le sommeil joue un rôle fondamental dans cette consolidation. Le cerveau est encore actif, il se rejoue ce qui s’est passé durant la journée, nos performances sont améliorées après une simple sieste. L’idée est donc de fractionner les apprentissages avec des pauses et sur plusieurs jours car ils seront  plus solides sur le long terme grâce au sommeil.

     

    Pour la lecture, notre cerveau est obligé d’affecter une aire visuelle du cortex occipital temporal de l’hémisphère gauche  qui va donc se spécialiser dans la reconnaissance des mots écrits alors qu’elle est programmée initialement pour la reconnaissance d’objets, d’où les erreurs de lettres en miroir… Il lui faut du temps pour désapprendre. Les neurosciences démontrent clairement que le déchiffrage donc la méthode syllabique est indispensable à l’apprentissage de la lecture. Entrainer les enfants à la vitesse de lecture  aide à les aider à comprendre. La moyenne de lecture (fluence) se situe entre 80 et 110 mots minutes. La méthode globale active une aire de l’hémisphère droit , donc pas la même zone.  

     


    1 commentaire
  • Voici une nouvelle séance d'observation de Madame Guéritte-Hess dans ma classe de CM2 fin septembre 2018. Ce fut un moment incroyable pour les élèves et moi. En fait, cela a été la 1ère séance de l'année sur les grandeurs et mesures et franchement cela a grandement facilité le travail sur les durées puis le travail sur le système métrique que j'ai vus ensuite. Un grand merci à elle.

    1) Aujourd'hui on va travailler sur l'équivalence numérique.

    Elle découvre une affiche où il est écrit:

    "équivalence numérique"

    Qu'est- ce que ça veut dire? 

    Un élève trouve: équi= égale / valence= valeur

    numérique = nombres.

    Vous allez essayer de le retenir. Elle cache l'affiche et demande aux élèves de le dire. Elle la remontre puis la recache et demande comment ils ont fait pour le retenir. Qu'est-ce qui s'est passé dans ta tête?

    Plusieurs élèves le disent.

    2) équivalence 3 cubes = 1 assiette.

    Regardez ce que je vous ai mis sur la table, fermez les yeux puis réouvrez-les et préparez-vous à la question:

    Qu'est-ce qu'il y a sur la table?

    Séance sur l'équivalence numérique

    Plusieurs élèves disent ce qu'il y a.

    Séance sur l'équivalence numérique

     1 mot qui parle de tout ça? du matériel, des objets.

    Regardez-moi. Elle mime le fait de mettre 3 cubes dans le pot. Faites-le! Préparez dans votre tête ce que vos yeux voient, ce que vous avez fait.

    Je vois 3 cubes dans une boite dorée ..TOP trop de mots.

    3 cubes. 

    Maintenant regardez bien. Elle retourne le pot. Qu'est-ce que tu vois? Une boite. Top! 

    Elle écrit au tableau

    3 cubes

    1 assiette

    Séance sur l'équivalence numérique

    3) Quelle est la différence entre un nombre et un chiffre?

    Je vais vous montrer. Elle prend et écris 3 au tableau. Elle tape 3 fois. C'est un nombre. Un nombre ça se fait. ça répond à la question combien?

    1 chiffre c'est un caractère d'imprimerie qu'on prend dans la main, ça sert à écrire un nombre, il y en a 10.

    Quel nombre voyez-vous? 1

    Qu'est-ce qui est le plus 3 cubes ou 1 assiette?

    L'un finit par trouver: c'est égal, c'est les deux.

    Cette capacité comment ça s'appelle déjà?  Elle montre la feuille retournée qu'ils devaient mémoriser: équivalence numérique.

    Voici la planification de ce que nous allons faire.

    Séance sur l'équivalence numérique

    Fermez les yeux. On va dire les deux façons de le dire: 3 cubes et 1 assiette.

    4) équivalence 1 main= 5 doigts

    Elle mime 1 doigt, 2 doigts, 3 doigts, 4 doigts, 5 doigts. Elle attrape sa main: 1 main.

    Montrez-moi 5 doigts, 1 main.

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

     

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Fermez vos yeux, pensez à deux façons de le dire.

    Tu peux me dire les 2 façons? 5 doigts, 1 main

    Qu'est-ce qui est le plus? les deux. 

    Elle montre

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

    ça c'est l'équivalence numérique. Pour voir 1 main, les yeux doivent effacer les doigts. Qu'est-ce qu'on est en train de travailler? l'équivalence numérique. Et ça veut dire quoi? 2 façons de le dire.

    Elle l'écrit au tableau 

    1 main

    5 doigts

     

    5) 1 bouquet= 5 roses

    Mime. Je prends 1 rose, 2, 3, 4, 5 = ça fait 1 bouquet.

    Les élèves sortent "c'est un terme générique",(qu'on avait vu lors de l'addition et soustraction) . Elle les félicite. 

    Elle prend 4 élèves. Mimez des musiciens. Elle compte 1, 2, 3, 4, c'est quoi? un quatuor.

    C'est1 ou c'est 4? c'est les deux, ça dépend de quoi on parle.

    Et ça s'appelle? l'équivalence numérique

     

    6) 1 triangle= 3 côtés

    Elle dessine 1 triangle. C'est aussi quoi? 3 côtés

    Vous le passer par votre tête avant de répondre.

    Je vois 1, c'est un quoi? triangle

    Je vois 3, c'est des quoi? côtés (plusieurs fois)

    Elle l'écrit au tableau

    1 triangle

    3 côtés

    7) Révision des équivalences numériques vues

    Je vais mélanger, on repense aux doigts, main, cubes assiettes, triangle et côtés.

    Mes élèves disent des bêtises quand elle les interroge. Elle dit: "Ta bouche dit quelque chose qui n'est pas passé par ton cerveau".

    - Elle cache les nombres

    ? doigts

    ? main

    ? cubes

    ? assiette

    ? triangle

    ? côtés

    - Elle cache l'objet avec sa main

    J'en vois 1, je vois quoi?

    J'en vois 3, je vois quoi?

     

    Quand ils ne se trompent plus...

    8)  7 jours = 1 semaine

    Affiche 7 jours et elle couvre avec 1 semaine

    Séance sur l'équivalence numérique

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Regardez bien et dites-moi 2 façons. Elle cache l'affiche.

    1semaine, 7 jours. Qu'est-ce qui est le plus? les deux

    Je vois 1 je vois quoi? 1 semaine

    Je vois 7 , je vois quoi? 7 jours.

    Je vois jours? je vois 7

    Je vois semaine? je vois 1

    Elle montre sa main, nombre? 1

    Elle montre ses doigts, nombre? 5

    Elle montre le triangle dessiné au tableau.

    Je pense à 3? côtés

    Je pense à 1 ? triangle

     

    9) équivalence de plus de 2 nombres

    Elle mime 3 cubes dans 1 assiette.

    Elle prend une autre assiette et en remet 3.

    Puis encore une

    Il y a combiens d'assiettes? 3 avec 3 cubes dans chacune. On les mets ensemble dans un sachet.

    Séance sur l'équivalence numérique

    Combien de cubes dans 1 sachet? 9

    Quelle est l'équivalence numérique? 1 sachet= 3 assiettes. Que deux façons? non il y a aussi les 9 cubes. Donc il peut y en avoir plus que 2 façons.

    On va le redire 1 nombre + 1 mot

    9 cubes

    3 assiettes

    1 sachet

    Là il y  a 3 façons.

     

    J'en vois 3, je vois quoi? des assiettes. J'en vois 1 je vois quoi? un sachet. Je vois 9, je vois quoi? des cubes.

     

    Je vais mettre exactement la même chose dans le deuxième sachet et dans le troisième et je mets tout dans un sac FNAC. Ils cherchent toutes les équivalences puis trouvent

    27 cubes

    9 assiettes

    3 sachets

    1 FNAC

     

    Je vois 27, je vois quoi? Et 9? et 3? et 1?

    cubes? 27, assiettes?9, FNAC? 1, sachets? 3

    Elle interroge tous les élèves un par 1.

     

    Et si j'ai 2 FNAC? 

    Elle le fait puis ils retrouvent toutes les équivalences

    Séance sur l'équivalence numérique  

    10) équivalence de durées

    Elle montre une horloge. ça s'allume à chaque seconde.

    Séance sur l'équivalence numérique

    On va compter en claquant la langue dès que la minute change. Ils comptent et elle demande : tu as fait combien de fois clac? 60 fois.  Qu'est-ce qu'on est en train de travailler? les secondes

    L'autre nombre c'est toujours quoi? 1

     60 secondes= 1 quoi?

    1 minute.

    2 Mots - 2 façons de le dire

    60 secondes= 1 minute.

    Bravo! On dit que 60 secondes c'est égal à 1 pourquoi?

    secondes par rapport aux minutes c'est plus grand ou plus petit? 

    Fermez les yeux.

    Si le mot représente quelque chose de  plus petit, il en faut beaucoup donc le nombre est plus gros

    Si le mot représente quelque chose de plus grand, il en faut 1.

    Qu'est-ce qui est plus grand? secondes ou minutes? minutes. Si je ne regarde que les mots, qu'est-ce qui est plus petit? les secondes

    60 s= 1 minutes.

    Elle écrit

    Séance sur l'équivalence numérique

     

    Je vois un mètre mais dans mon cerveau, j'en vois 100. Montrez-moi ce que je vois? C'est 100 ou c'est 1? c'est les deux. Je pense à 100, cent quoi? centimètres. Je pense à 1 à quoi je pense? 1 mètre.

    Séance sur l'équivalence numérique

     

    Et voilà la séance s'arrête là.

     

    Et voici la carte mentale interactive que j'ai créée  pour que les élèves gardent une trace écrite de cette séance.

    Séance sur l'équivalence numérique

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

     

    Télécharger « carte mentale mesure 1 équivalence numérique durées [Lecture seule].pdf »

     Il y a une petite erreur sur 1 an que je corrigerai ultérieurement.

     Pour voir d'autres séances de maths cliquez ICI

     


    1 commentaire
  • Cet article sera étoffé par de nouvelles ressources au fur et à mesure  de l'année

    Comme vous le savez, je m'intéresse beaucoup aux neurosciences. Or, dans les recherches récentes, il est clairement spécifié  que varier les supports et les entrées est  essentiel  si on veut favoriser une attention et une  motivation plus grandes.

     

    Nous avons un établissement scolaire école-collège et le professeur d'Histoire du collège qui enseigne sur deux établissement disait qu'elle voyait la différence entre les élèves (anciens CM2 de ma classe) qui arrivaient motivés,  intéressés et les autres, preuve qu'ils ont un bon vécu dans cette discipline scolaire. Ce qui m'encourage clairement dans mes choix pédagogiques.

    Etant historienne de formation, j'aurais pu poursuivre  pour devenir professeur d'Histoire- géographie-EMC  mais je tenais à être généraliste (toutes les matières)  plutôt que spécialiste (d'une seule). Tout ça pour dire que donner l'envie et la motivation dans cette matière me tient à cœur, tout particulièrement. En 14 ans d'enseignement , j'ai testé diverses méthodes et je me suis rendue compte qu'il ne fallait pas hésiter à varier la façon de faire.

     

    1ère piste:  manuel pédagogique 1

    Il y a une méthode que j'affectionne tout particulièrement c'est celle d'Accès car elle est variée et ludique : reconstitution de sources orales (audio), des sources écrites (que l'on peut agrandir pour les détails) . Certes, c'est un investissement mais il en vaut la peine. Personnellement, j'ai les trois ouvrages et pour avoir testé de nombreuses méthodes, celle-là reste celle que je préfère.

    Si vous êtes intéressés, cliquez sur les livres ci-dessous...

    Préhistoire et moyen-âge

    période moderne

     

     période contemporaine

    A partir de sources, par un questionnement, l'élève construit sa réflexion sur une question donnée et une phase d'institutionnalisation avec un résumé construit par les élèves est proposé ensuite. Une vraie démarche historique ludique et motivante !!!

     

    2ème piste: manuel pédagogique 2 

    Il y  a aussi celle de Loustic qui a l'avantage de compléter la 1ère par une vidéo, quelques documents et un résumé

    pour plus d'information cliquez ICI

     

    3 ème piste: la théâtralisation (de temps en temps)

    On peut pimenter certaines périodes par une mise en scène sous la forme d'une théâtralisation ou d'un jeu de rôle. Voici l'exemple de celui pour faire comprendre aux élèves le vote par ordre responsable du déclenchement de la révolution française. ICI

    Pistes pour enseigner l'histoire en CM1-CM2

    A ce propos , j'ai découvert  un site  qui dénigrait la séance que je proposais (sans proposer bien évidemment une autre séance détaillée. C'est tellement facile de critiquer ce qu'on ne connait que de très loin!) et je tenais ici à justifier point par point mon choix pédagogique. Tout d'abord, la personne qui a écrit cela n'est certainement pas un professeur des écoles car ce qu'elle propose est clairement infaisable avec des CM (en tout cas avec les miens) De plus, le but de ma séance n'est pas d'improviser un débat sur les états généraux, ce qui serait très difficile avec les connaissances et les références des élèves de cette tranche d'âge. En se mettant dans la peau d'un personnage de l'époque, ils visualisent par la fameuse séance des états généraux reconstituée par la classe, les enjeux  d'un vote par tête et pourquoi les députés du Tiers-Etat ont réagi de cette façon, face un refus du roi. Cela leur permet de vivre eux-mêmes avec leurs sens, ce moment clé de l'histoire de France et  pimente la séance d'Histoire . Mes élèves ont beaucoup apprécié ce moment de qualité et je le ferai avec plaisir, n'en déplaise à certains!!!

     

    Pistes pour enseigner l'histoire en CM1-CM2

    Pistes pour enseigner l'histoire en CM1-CM2

    Pistes pour enseigner l'histoire en CM1-CM2

    4ème piste: la vidéo (de temps en temps)

    Après la découverte d'une période, j'aime bien pour la clore leur proposer une vidéo qui récapitule  de façon visuelle tout ce qu'on a vu.

    Exemples: 

    la révolution française ICI

     

    Parfois en guise d'introduction, je leur demande de visionner une courte vidéo sur le sujet et de prendre quelques notes dans leur cahier de brouillon pour qu'on en parle ensuite.

    Exemples sur Napoléon Bonaparte enfance 1 ICI , campagne d'Italie ICI,  campagne d'Egypte 3 ICI,  1er consul 4 ICI,  campagnes militaires ICI, bataille d'Austerlitz ICI,  campagne de Russie ICI, bataille de Waterloo ICI  

     

     5ème piste: projet pluridisciplinaire ou recoupement avec un autre domaine pour faire des liens.

    Exemples:

    Pour travailler les régimes politiques du 19 ème siècle et le fait que la France se cherche au niveau politique, nous avons d'abord travailler avec un jour, une actu sur qu'est ce que la démocratie, qu'est-ce qu'un dictateur (EMC) 

    diaporama

     Télécharger « Histoire EMC les régimes politiques.pptx »

    -----------------------------

    Travail en géographie sur se déplacer en ville puis visionnage du "c'est pas sorcier" avec des liens sur la révolution industrielle.

      

    ----------------------------

    Travail en EMC sur les droits de l'Homme, en prenant des documents historiques des différentes périodes historiques.

    Télécharger « emc histoire exemple.pdf »

    document inspiré de la méthode suivante

     

     

     


    votre commentaire
  • Comme chaque début juillet, voici les 10 astuces que vous avez préférées sur Beneylu  ICI

    10 astuces de Beneylu


    votre commentaire
  • Vous savez combien Madame Guéritte-Hess m'a fait évoluer dans ma pratique mathématique, voici un ouvrage qui vient d'être réédité et qui est une véritable mine d'or

     

     

    Voici la présentation plus détaillée de ce livre

    L'enfant et le temps. Très bon ouvrage pour comprendre comment enseigner tout ce qui a un rapport avec le temps aux élèves: horloges, calendriers, instruments de mesures de temps, le temps du dictionnaire, les mots vecteurs du temps, les opérations sur les durées, le temps des opérations... etc. Les situations sont originales et très concrètes. Je m'en suis surtout servie quand j'avais des CE- CM1 , plein de pistes aussi pour les CP et pour certains CM2 en APC quand ils avaient besoin de manipuler dans ce domaine. Je vous le conseille vivement.

     Si cela vous intéresse, cliquez sur le livre.

     


    votre commentaire
  • Voici un nouvel article que j'ai écrit pour Beneylu ICI

     


    votre commentaire
  •  Voici l'article original que j'ai écrit pour la rubrique maths express de Beneylu 

      CONSTRUIRE LES MATHS COMME DE VRAIS MATHEMATICIENS

     Comme les sciences, en primaire et jusqu’au milieu du collège, la plupart des  domaines mathématiques peuvent être abordés de façon expérimentale avec du matériel par élève ou par groupe, des hypothèses de départ, des questions de l’enseignant pour pousser l’élève à justifier son raisonnement. L’objectif étant de lui donner la possibilité de comprendre par lui-même s’il fait fausse route.  Une confrontation collective des points de vue permet une avancée des raisonnements personnels, le but étant de parvenir à la construction et à la compréhension de chaque concept mathématique. Tout cela en lien avec une gestuelle  pour un basculement progressif vers l’abstraction surtout en cycle 3.  

     

    Dès lors chaque début de séquence (en général la première et parfois  la deuxième séance) est devenu un moment passionnant pour eux comme pour moi ; l’erreur n’est plus à bannir, elle devient une étape comme une autre pour avancer dans la compréhension ; ils cherchent, tâtonnent, puis trouvent  par eux-mêmes les règles mathématiques. Quel bonheur de voir leurs yeux s’illuminer quand ils réalisent que ça y est , ils ont compris ! ! !

    Pourquoi manipuler en mathématiques

    Pour l’enseignant, cela demande, il est vrai,  un vrai travail de fond car la manipulation doit être pensée pour mener l’élève à la compréhension du concept abordé et à l’abstraction progressive.

     

    MANIPULER POUR EVALUER les connaissances antérieures de l’élève

     

    La manipulation en début de séance, peut servir  d’évaluation diagnostique sur les concepts fondamentaux déjà vus dans les classes précédentes. Qu’il est facile de voir si un élève a compris et retenu le dur concept de la multiplication, on lui demandant de le faire en manipulant.. Fais-moi 3x5 avec les jetons… s’il vous met 3 d’un côté et 5 de l’autre, c’est qu’il n’a pas compris… Il est nécessaire alors de prendre le temps de le lui faire comprendre par la manipulation. Si  les bases sont comprises pas besoin de s’attarder même si revoir est important pour réactiver sa mémoire à long terme et lui faire retrouver où il les a rangées  dans sa tête.

     

    MANIPULER et observer POUR CHERCHER ET COMPRENDRE

     

    Petit exemple de vécu dans la classe en géométrie la semaine dernière. Chaque groupe avait 10 spécimens de solides (séance 2 sur les solides) . Je leur ai demandé s’ils connaissaient les 2 grandes familles de polyèdres. Les mots prisme et pyramide ont émergé parmi d’autres…

    Pourquoi manipuler en mathématiques

    Consigne1 : Nous avons vu la semaine dernière les polyèdres et non polyèdres. Mettez dans le verre en plastique tous les non polyèdres.

     

    Pourquoi manipuler en mathématiques

    Consigne2 :  « Maintenant, observez bien les polyèdres  devant vous, mettez ensemble ceux qui se ressemblent. Vous allez faire   2 tas : l’un avec les « prismes » et l’autre avec les  «  pyramides »  Attention il y a un piège . »

     

    Pourquoi manipuler en mathématiques

     

    A quel merveilleux moment de débats, j’ai pu assister dans les groupes…

     

    Pourquoi manipuler en mathématiquesPourquoi manipuler en mathématiques

     

     

     

     

     

     Tous portaient  sur le prisme à base triangulaire (mon piège) .

      Ils le prenaient dans leurs mains, l’observaient puis disaient : 

     -Mais regarde,  2 de ses faces sont triangulaires comme les pyramides.

     - Oui mais il n’est pas pointu, il ressemble plus aux prismes… 

     Ensuite, je leur ai demandé  d’observer les prismes, de les reproduire chacun,  en l’air  avec une main et de me dire ce qu’ils avaient en commun. Ils ont trouvé:

     PRISMES :

     -          2 bases pareilles et parallèles (j’ai pu introduire le terme mathématique d’isométriques)

     -          Les autres faces sont des rectangles (je leur ai expliqué que cela pouvait aussi être  des parallélogrammes, on a vu le cas particulier du cube)

     

    PYRAMIDES

     -          1 seule base (c’est pour cela qu’il est pointu)

     -          Les autres faces sont des triangles

     

    Et là, j’ ai vu, les groupes qui s’étaient trompés, sûrs d’eux, attraper le fameux prisme à base triangulaire et le ranger dans la bonne famille.

     Même pas besoin d’explication, tout était devenu clair pour eux.

     Soudain, un  élève  m’a demandé :

     -          Et une  pyramide tronquée, elle va dans les prismes alors ?

     -          Qu’en penses-tu , toi, d’après ce  que vous avez trouvé ?

     -          Non ! car ses bases ne sont pas isométriques même si elles peuvent être parallèles.

     

    Autre réflexion : En fait  maitresse, pour compter les faces d’un prisme, il suffit de compter les côtés d’une base (= nombres de faces latérales) et d’ajouter 2 (= 2 bases ) .  Il venait de comprendre une astuce pour compter les faces d’un prisme. Un autre : et pour la pyramide, je n’ajoute qu’un car il n’y a qu’une base. Ils étaient fin prêts pour la trace écrite…

     

    Cet exemple illustre bien l’importance de la manipulation. Sans elle, la séance aurait impliqué qu’ils connaissent par cœur les figures nommées et qu’ils soient tous capable de visualiser  mentalement les 6  polyèdres avec les formes de chaque face, et franchement à cet âge-là , pour une classe entière, je ne l’ai encore jamais vu !     

     

    MANIPULER POUR SE CREER UNE REPRESENTATION MENTALE DU REEL

       Les élèves d’aujourd’hui, baignés dans un univers virtuel n’ont bien souvent aucune idée de ce que représente les mesures mathématiques dans le réel. Surtout que les systèmes de mesures sont totalement arbitraires. Pour les reconnecter avec la réalité et leur faire comprendre la logique des systèmes de mesures, il est nécessaire qu’ils les  visualisent par le corps.  Au siècle des voitures et de la course contre le temps, peu d’élèves ont déjà fait un kilomètre à pied pour voir combien cela faisait… Du coup 1km et 1 m pour certains, cela ne représente rien.

     

    Petit test : demandez à vos élèves de vous montrer un mètre entre leurs deux mains. Et bien la plupart des miens n’étaient pas dans le bon ordre de grandeur. Il m’a donc fallu retravailler le mètre avec l’objet mètre qu’ils ont mis entre leurs mains horizontalement puis verticalement en partant des pieds.

    Pourquoi manipuler en mathématiques

    Pourquoi manipuler en mathématiques

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ensuite une fois la longueur bien mémorisée, ils l’ont faite dans l’espace sans l’objet, puis les yeux fermés. Tout un travail de reconstruction par la manipulation du système métrique (avec des pailles, des bandes  ou des fils) a été nécessaire  pour qu’enfin ils comprennent, ce que représentait chaque mesure de longueur. Ils en ont déduit les   équivalences.

     Pourquoi manipuler en mathématiques

     

     

    Photo : geste d’1 dm

     

     

     

     

     

    Et  le tableau est arrivé naturellement ensuite. Remplir les cases n’était plus qu’une formalité puisqu’ils en avaient compris  le sens. Certains ont eu besoin de revoir l’objet mètre, l’objet  décimètre, etc. Mais la plupart a pu passer dans l’abstraction ensuite assez rapidement, preuve qu’ils avaient quelques souvenirs de leurs classes antérieures.

     

    Même chose avec les masses (les miens ne font pas spécialement la cuisine avec leur parents et ne pèsent donc pas) et les contenances…

     

    Mes élèves  ne confondent plus le périmètre (1D) avec les aires (2D)  et les volumes (3D) car avec Madame Guéritte-Hess, ils ont chacun expérimenté dans le réel ces 3 mesures : manipuler des allumettes ou un fil, n’a rien à voir avec remplir une figure de carrés et un volume de cubes.

      

    Pourquoi manipuler en mathématiques

     Du coup la confusion n’est plus possible,  s’ils les ont intégrées par la manipulation puis gestuées . Ils ont même trouvé pourquoi 2 cases  par colonne pour les aires et 3 pour les volumes. Comme ils me disent à chaque fois qu’ils viennent de comprendre : « en fait c’est logique ».

      

    Depuis que je manipule sur les fractions (voir sur le blog : usine des fractions (fractions simples)  usine des cordons (graduations de fractions) / usine des sacs (problème de fractions) , j’ai les résultats de tous les élèves qui se sont très largement améliorés. Tous comprennent…

    Pourquoi manipuler en mathématiques

     

     Dernier  exemple avec les comparaisons de décimaux. Je leur ai donné le matériel ci-dessous, avec des décimaux à construire et à classer par groupe de 3 élèves . 

     1 entier= paille rose- 10 dixièmes pailles vertes et 100 centièmes pailles jaunes.

     

    Pourquoi manipuler en mathématiques

    Pourquoi manipuler en mathématiques

    Voici le rendu de chaque classement

     

    Pourquoi manipuler en mathématiques

    Le ¾ de la classe pensait que 1,12 était plus grand que 1,2. Le fait de le visualiser par la manipulation leur a fait prendre conscience qu’il ne fallait pas comparer un nombre décimal comme un entier … Ils ont pu trouver eux-mêmes les règles et en comprendre le sens profond grâce à la manipulation.

     

    CONCLUSION

     Pour conclure, le fait d’utiliser la manipulation en mathématiques peut être extrêmement bénéfique pour des élèves même en CM2. Cela leur permet de chercher par eux-mêmes avec du concret et de pouvoir se construire des représentations mentales solides. De plus, les  recherches en neurosciences disent clairement que plus nous varions les entrées (visuelles, auditives et kinesthésiques) plus la mémoire retient facilement. Bien-sûr,  il faut revoir régulièrement ces concepts pour qu’ils les gardent en mémoire mais ceci est un autre sujet.

     

     Je laisse maintenant la parole à  mes élèves:

    « Avec la manipulation, on comprend plus facilement et on a plus confiance en soi car on fait par nous-mêmes. » Valentine CM2

     « C’est plus marrant, on participe plus, tout le groupe peut parler…Ca nous aide à visualiser ce qu’on fait. Ça donne du sens. « . Louise CM2

     « C’est plus facile pour apprendre quand on fait par soi-même. » Luigi CM1

     « C’est grâce à  la manipulation que j’ai pris confiance en moi et que maintenant j’aime les maths. » Stéphanie CM2

     « ça nous aide à retenir, si on nous donne tout en phrases, on arrive moins à retenir ». Ryan CM2

     «  Au début, j’avais rien compris en maths et la manipulation, ça m’a aidée » Lola CM2

     « Sans la manipulation, j’avais rien compris, avec, ça m’aide à progresser. Alexandre CM2

     « Ça permet de  développer ce qu’on n’avait pas compris et de mieux y arriver ». Cassiopée CM2

     «  Parce que c’est plus simple et on comprend mieux ». Maël CM1

    « Quand  on manipule, on comprend plus vite . » William cm2

     « Je comprends plus vite et c’est facile à apprendre. » Azëllia Cm2

     « Dans mon ancienne école, on ne faisait pas de manipulation. On me disait:  tu apprends ça,  sans que je comprenne vraiment .La manipulation m’a fait prendre confiance en moi  » Marie CM2

      « J’aime les maths car enfin je comprends et du coup,  j’ai plus confiance en moi ». Stéphanie CM2

     

    Pourquoi manipuler en mathématiques

     Pour voir l'article version   Beneylu c'est ICI


    2 commentaires
  • Voilà notre projet est fini, le spectacle a eu lieu et vraiment c'était somptueux. Voir tous les élèves s'amuser sur scène et s'investir pleinement dans leurs rôles, c'était juste génial.

    Je vous ai mis tout ce dont on s'est servi pour travailler le conte détourné ICI

    Bonne lecture


    1 commentaire
  • Voici ma nouvelle séance sur "écrire un portrait d'une créature hybride"

     

    En 1er lieu, nous avons travaillé sur les créatures mythologiques et leurs noms.

     

     Tout un travail d'observation de portraits écrits  est nécessaire pour qu'ils reprennent certaines formulations et évitent les répétitions. Le passé simple et l'imparfait ont été vus également et une carte mentale lexique a été donnée pour qu'ils puissent y puiser le vocabulaire nécessaire.

    Télécharger « carte mentale portrait.pdf »

     

    1ère rédaction (après observation de descriptions), réalisée  en 3 jets:

    - 1er jet : idées + mise en phrases

    entretien avec la maitresse et un groupe d'élèves qui donnent des idées pour améliorer, l'élève note les conseils.

    - 2ème jet: correction de son écrit au niveau de la mise en phrase et des idées.

    1ère correction de l'enseignante avec un code écrit

    3ème jet: distribution de la grille de critère, correction à l'aide du dictionnaire puis l'élève recopie une dernière fois au propre sa rédaction qui sera notée.

    Nouvelle séquence "écrire le portrait d'une créature hybride"

    Télécharger « portrait créature mythologique1.pdf »

     

    2ème rédaction: 1 créature imposée  en 2 jets (brouillon puis au propre)  sans accompagnement de l'enseignante mais fiche écrite d'aide.

    Nouvelle séquence "écrire le portrait d'une créature hybride"

    Télécharger « fiche d'aide à la rédaction créature hybride.pdf »

    Nouvelle séquence "écrire le portrait d'une créature hybride"

     

    Quelques exemples de productions d'élèves

    " Le garçon se retrouva devant une créature extraordinaire. Croisement improbable d'un cyclope et d'un cheval, cette créature étonnait  tous ceux qui la regardaient. Son drôle d'œil marron étincelait et sa bouche souriante, ses cheveux bruns hérissés, lui donnaient une impression étrange. Ses bras et son torse musclés étaient impressionnants: fou celui qui se serait risqué à le provoquer. Une fourrure brune recouvrait des pattes qui se terminaient par 4 redoutables sabots  noirs luisants. Le jeune spectateur était très impressionné de voir une créature comme ça dans une forêt. C'est alors qu'il s'adressa à lui d'une voix grave: "Viens avec moi." Alexandre CM2

    "Le garçon se retrouva devant une créature incroyable. Croisement improbable d'un humain, d'un cheval et d'un cyclope, cette créature fascinait tous ceux qui la regardaient. Sa bouche et ses oreilles encadraient un visage aux traits banals,  aux yeux noirs et aux lèvres souriantes. Ses bras et son torse n'étaient pas très musclés. Fou celui qui se serait risqué à le chevaucher. Une fourrure marron recouvrait son corps d'animal qui se terminait par 4 redoutables sabots noirs et luisants. Le jeune spectateur ne pouvait croire à ce qu'il voyait. Il jetait des regards méfiants à cette créature semi-humanoïde, plantée au milieu de sa chambre, persuadé qu'il allait se réveiller d'un instant à l'autre. C'est alors qu'elle s'adressa à lui d'une voix grave: "j'ai besoin de ton aide". Joshua CM2 

    "Le garçon se retrouva devant une créature extraordinaire. Croisement improbable d'une humaine  et d'un serpent, cette créature fascinait tous ceux qui la regardaient. De son visage se dégageait une grâce  presque féline, à commencer par ses yeux noisette, sa bouche fine, ses cheveux de serpents violets. Elle portait une robe mauve qui recouvrait son buste et ses jambes, ainsi qu' une queue de serpent qui suivait son corps. Il fallait se méfier de ses cheveux car il savait figer les personnes. Le jeune spectateur en eut le souffle coupé." Stéphanie CM2

    " Le garçon se retrouva devant une créature extraordinaire. Croisement improbable d'une vipère et d'une femme, cette créature méprisait tous ceux qui la regardaient. De son visage se dégageait une grâce presque sauvage à commencer par ses yeux marron étincelants, sa bouche malicieuse et fine, sa chevelure de vipères  avec une mèche lui tombant entre les yeux. Ses bras fins  portaient un arc très grand. Sans oublier sa queue de vipère qui mesurait presque 3 mètres. Le garçon voulut disparaître dès qu'il la vit. Eliot CM2

     

    3ème rédaction: portrait libre (pas d'aide)

    Les élèves en fonction de tout ce qu'ils ont appris,  choisissent la créature de leur choix et la décrivent.


    votre commentaire
  • Voici quelques nouveautés  que je vous invite à regarder:

    - Mes 4 nouvelles leçons interactives ICI au début de la rubrique leçons interactives (1 en sciences, 2 en maths et 1 en français)

     

    - Certains d'entre vous cherchent parfois des idées de lecture pour motiver les élèves à lire. Voici quelques idées dans la rubrique top lectures pour élèves (en haut à gauche). Ce n'est qu'un début de liste, il s'étoffera au fur et à mesure. Attention, ce sont des livres pour de bons lecteurs.

     

    - Mes élèves ont besoin de motivation pour s'investir pleinement dans leur travail personnel car ils ne sont pas habitués à  l'effort que cela leur demande. Je rappelle que nous sommes dans une société d'hyperstimulation et de zapping , où le  goût pour l'effort et le travail dans la durée a été perdu pour bon nombre d'enfants.   Pour  aider les élèves en douceur à retrouver une motivation, j'ai mis en place un système de petites récompenses qui leur permet d'acquérir au fil de l'année une plus grande autonomie: rubrique Récompenses (en haut à gauche) et une certaines reconnaissance de leurs efforts. A la fin de l'année, la plupart de ma classe peut travailler de longs moment en autonomie.

     

    - Certains livres m'accompagnent et m'aident dans ma pratique de classe... actuellement, je suis en pleine réflexion sur les neurosciences et notamment les problèmes d'attention et de concentration des élèves qui les empêchent de mémoriser  d'où le choix de mes lectures pédagogiques:  rubrique à droite " Lectures pédagogiques"

     

    En vous souhaitant bonne lecture...

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Si mon travail vous intéresse, j'en suis ravie mais attention, si vous souhaitez  que je continue à le partager , je rappelle que  je n'autorise pas la publication de mes documents ailleurs que sur mon blog. Merci pour votre respect de mes droits d'auteur!

     

    La multiplication est une des opérations les plus complexes (avec la division) à aborder  et il est essentiel pour que les élèves puissent la comprendre en profondeur,  de bien avoir en tête toutes les particularités de cette opération

    Dans cet article vous trouverez

    -qu'est-ce que la multiplication? (manipulation et gestuelle inspirées d'une séance de Madame Guéritte-Hess dans ma classe)

    - vocabulaire et  propriété : la commutativité (la distributivité n'est abordée que lors de l'apprentissage de la technique opératoire à plusieurs chiffres, après cette séance cf autre article sur ce blog) .

    -Est-ce que c'est possible? (exercices de recherche pour comprendre la nature des facteurs d'une multiplication )

    -Qu'est-ce qui caractérise un problème de multiplication? avec schémas  (je cherche un tout et mes parts sont égales contrairement à la division où les parts sont égales et je cherche une part ou à l'addition où je cherche un tout mais mes parts sont inégales) 

    leçon interactive qui reprend tous les points importants manipulations + gestuelles + images du diaporama pour que les élèves construisent et mémorisent ce qu'ils   viennent de comprendre.

     

    - Ensuite, à vous de jouer avec des problèmes pour entrainer vos élèves,  une fois que tout cela est bien compris. Je rappelle qu'il faut au moins 2 réactivations pour fixer les choses sur le long terme... Voici un livre avec plein de pistes sur la multiplication notamment

     

     

     

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Voici donc l' article pour la rubrique Maths express de Beneylu school sur la multiplication ICI

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Et voici la  version pdf de l'article original. 

    Télécharger « Tout sur la multiplication.pdf »

     

    Le  diaporama en power point

    Télécharger « La multiplication d'Ombeleen.pptx »

     

     

     

    Voici la leçon interactive

    Télécharger « carte interactive multiplication.pdf »

     

    N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire ... 

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires