• BUZZ 5

    Petit jeu sur les compléments à 5

    Je vous présente un petit jeu tout simple que j'ai fabriqué, pour travailler les compléments à 5. Il  a été testé sur mes élèves, étape par étape et il a très bien fonctionné.

    FABRICATION:

    J'ai imprimé ce jeu (planches à la fin de l'article) sur des feuilles transparentes autocollantes

     que j'ai collées sur du papier cartonné avec un côté coloré et l'autre blanc .

    Le rendu est très sympa.

     Pour acheter un  buzzer cliquez sur l'image

     

    DEROULEMENT des séances dans la classe:

    Séance1: je mémorise progressivement la carte 5.

    J'ai un tas de cartes et un buzzer. Dès que la carte 5 apparait, le premier élève qui buzze gagne un jeton. L'élève qui a le plus de jetons à la fin de la partie a gagné.

    Séance 2: Je repère les cartes qui font 5 ensemble. (plusieurs fois)

    J'ai fait 2 tas et j'ai retourné chaque carte des 2 tas, si cela donnait 5, les élèves devaient buzzer. Ils avaient bien-sûr le droit de compter. Ils gagnaient un jeton lorsqu'ils avaient raison et qu'ils étaient les premiers à buzzer. Ils pouvaient perdre un jeton gagné, s'ils buzzaient plusieurs fois et que le total ne faisait pas  5.

    Petit jeu sur les compléments à 5  

    Petit jeu sur les compléments à 5  

    Séance 3: quand j'ai 5 dans mon jeu, je buzze.

    La 3ème étape, je la ferai à la rentrée si on reprend: chaque élève a 4 cartes et on en échange une en la faisant glisser à son voisin de gauche et on récupère celle que notre voisin de droite a glissé à côté de nous.

    Dès qu'on a deux cartes qui font 5, on buzze et on les pose en face de soi. Les autres valident ou pas. Si c'est bon, je gagne un jeton et on redistribue le jeu. Si ce n'est pas bon, je pers une carte, tirée au hasard dans mon jeu.

     

    Voici les planches du jeu:

    Petit jeu pour les compléments à 5

    Petit jeu pour les compléments à 5

     

     

     

     

    Petit jeu pour les compléments à 5Petit jeu pour les compléments à 5

     

     

     

     

    aide compléments à 5 + règle évolutive du jeu

    Petit jeu pour les compléments à 5

    Voici la version PDF + des fiches outils des constellations

    Télécharger « jeu des compléments à 5.pdf »

     

     

    Petit jeu sur les compléments à 5

     

     Ce jeu est extrêmement intéressant car il aide les enfants à mémoriser progressivement les constellations qui font 5 ensemble. Il permet également aux élèves de commencer à faire des additions très simples. 

     

     


    votre commentaire
  • Je vous partage aujourd'hui,  différentes fiches pour entrainer les élèves à la production d'écrits.

     

     LE TEXTE NARRATIF COURT AVEC ILLUSTRATIONS

    Voici quelques fiches utilisées l'année dernière pour travailler le texte narratif court et permettre aux élèves d'apprendre à rédiger.  

    carte mentale des étapes du texte narratif court avec illustrations.

    Idées de productions d'écrits

     

    Quelques exemples de sujet

    Idées de productions d'écritsIdées de productions d'écrits

     

     

     

     

    Idées de productions d'écritsIdées de productions d'écrits

     

     

     

     

     

    Et voici le dossier complet avec quelques exemples de 3ème jets réalisés par un élève de CM1, mon fils qui s'entraine à la maison .

    Télécharger « Rédaction cm1.pdf »

     

    Voici le lien vers la mine d'or pour fabriquer des histoires: LA FABRIQUE A HISTOIRE DE B. FRIOT d'où les images sont tirées… (cliquez sur l'image)

    -

    -----------------------------------------

     LIENS POUR ALLER + LOIN:

    LE TEXTE RETHORIQUE: la poésie, la chanson  ICI

    LES TEXTES DOCUMENTAIRES et DESCRIPTIFS ICI

     

     


    votre commentaire
  • Cela m'a pris un temps infini car il était extrêmement difficile de résumer en 20 minutes cette approche. Ce n'est pas parfait mais j'espère que cela vous donnera un aperçu de ce qu'on peut faire avec des élèves.

    Bon You Tube n'a pas voulu de ma version 20 minutes. J'ai donc coupé la vidéo en deux

    Voici la partie 1 centrée sur la manipulation et le schéma en qualité supérieure

     

    Le travail de manipulation est essentiellement basé sur les problèmes quaternaires de la catégorisation de Vergnaud. Lien à la fin de l'article.

    ----------------------------------------------------

    La partie 2 concerne la partie leçon, la trace écrite sous forme de carte mentale et d'explications de celle-ci.

     Je précise que lorsque je parle de roses et de vases, je parle bien évidemment du nombre de roses et du nombre de vases. J'ai fait un raccourci langagier pour plus de lisibilité.

    Je sais que certains me diront que je peux multiplier 2 nombres de même nature: des mètres par des mètres; en réalité je multiplie des carrés de 1 m de côté x des rangées de 1 m de côté et cela me donne des carrés mètres ou des mètres carrés. Cf séance sur mes aires du blog. 

    --------------------------------------------------

    Il est évident qu'il s'agit d'une ou plusieurs premières approches et qu'il faut ensuite tout un travail en amont pour aborder tous les types de  problèmes possibles afin d'automatiser tout ça.

    Partie 3: Leur apprendre à créer des problèmes est une étape essentielle pour en comprendre le fonctionnement. Voici un lien vers mon jeu sur la création de problèmes ICI

    Par exemple un élève tire l'opération multiplier. Il choisit une carte canard (contenu) et une carte mare (contenant) ainsi que  2 nombres: 10 et 5 et il doit créer un problème multiplicatif avec. Il existe 2 possibilités. Soit le 10 ce sont des canards, soit ce sont des mares . Je rappelle également que dans un problème, j'énonce au moins deux données connues et je m'interroge sur la troisième qui ne l'est pas.

    ----------------------------------------------

    Je vous mets également la carte mentale qui est dense mais je l'espère, claire avec la vidéo 2.

    Film sur la différence entre la multiplication et l'addition

     ----------------------------------------------------

    POUR ALLER PLUS LOIN:

    Voici un lien vers les structures de problèmes multiplicatifs de Vergnaud ICI début du document la fin concerne la division.  Il y a ensuite toute une banque d'exercices à exploiter en fonction du niveau de classe CE2, CM1 ou CM2.

    -------------------

    Et un lien pour les structures de problèmes additifs et soustractifs de Vergnaud aussi sur le blog  ICI

    Sur un site académique ICI

    -------------------

    Et un lien vers des banques d'exercices pour les CP et CE1 ICI

     

     

    Mon article vous a été utile, un petit commentaire de votre part, ça fait toujours plaisir...

     

     


    votre commentaire
  • Comme vous le savez, j'ai été formée par une grande dame ( Madame Guéritte-Hess) dans le domaine des mathématiques pendant plusieurs années. Elle est venue dans ma classe et m'a partagé, en intervenant auprès de mes élèves, son savoir-faire, m'aidant à mieux comprendre comment faire acquérir tous les concepts mathématiques à mes élèves. Ce savoir-faire est précieux d'autant je ne le retrouve  dans aucun ouvrage pédagogique. Mes élèves ont tous développé de sacrées compétences en maths même les plus faibles. Donc ça fonctionne vraiment! Ils sont même devenus sacrément forts en résolution de problèmes.

    Durant les dernières vacances, nous avons eu de longues discussions avec mes 2 sœurs Myriam et Blandine (qui sont enseignantes également)  sur la multiplication qui est l'opération la plus dure à enseigner (et non ce n'est pas la division!). Et pour cause, il n'y a pas vraiment d'ouvrages qui expliquent clé en main comment il faut faire. Et comme cela ne s'invente pas….

    Pour les aider, j'ai décidé  de fabriquer une vidéo qui montre, explique, la démarche qu'on m'a apprise, elle  devrait être  finie demain ou après-demain.

    Différence(s)  entre la multiplication et l'addition  (film à venir)

    C'est dur de résumer en 20 minutes tant d'années d'expérience. Et j'ai encore tant à apprendre...

    J'espère néanmoins qu'elle  vous donnera un aperçu de la complexité de cette opération pour des élèves non experts et que vous repartirez avec des pistes pour comprendre comment ça fonctionne sans leur donner des réponses toutes faites.

    A très vite...

     


    votre commentaire
  • Quel défi pour nous que de transformer notre pratique pour faire  classe à distance! Il est très important que les élèves puissent ne pas prendre trop de retard dans les apprentissages fondamentaux.

    Je suis actuellement en pleine préparation de travail pour ma classe de Moyenne Section.

    Voici une chanson sur l'alphabet qui je l'espère motivera mes élèves...

     

    Il est essentiel et j'espère que les parents l'ont compris, qu'ils travaillent la motricité fine tous les jours. J'ai donc préparé de petits tutoriels de pâte à modeler. 

    JOUR 1: l'arbre

     

    JOUR 2: la fleur

    JOUR 3 : le tableau en pâte à modeler

    JOUR 4: La grenouille

     

    Télécharger « Travail en graphisme blog.pdf »

     

    Compréhension en lecture

    J'utilise en compréhension, la méthode Narramus que l'inspecteur m'a conseillée lors de mon rendez-vous de carrière et elle est vraiment très  bien. Merci à lui!

     

    Durant cette période, je travaille sur l'album Petite Taupe ouvre-moi ta porte.

    Voici un  diaporama qui est complémentaire à cette méthode sur l'ouvrage Petite Taupe, Ouvre-moi ta porte

    Télécharger « Documents complémentaires méthode Narramus  blog.pdf »

    Je peux également vous partager la bande son qui raconte l'histoire jusque là où nous en sommes  puisqu'il s'agit d'une création personnelle pour aider mes élèves, la bande son du DVD n'étant pas top au niveau de la qualité du son.

    module 3: jusqu'au blaireau

    module 4: jusqu'à la mésange

     module 5: jusqu'au loup

    module 6: complément à la méthode pour aider à la mémorisation de l'ordre des personnages.

    Télécharger « Complément méthode Narramus module 6.pdf »

     

    Cette méthode est vraiment géniale, elle fait travailler le vocabulaire, la compréhension, la reformulation, la fabrication d'un livre et permet aux enfants d'apprendre à comprendre en développant leur capacité à raconter.

     Voici quelques images pour avoir un aperçu:

     

    Images pour travailler le vocabulaire

    Classe à distance semaine 1 ce que je peux partager

     

     Dictée à l'adulte de ce que dit le blaireau.

     

    Classe à distance semaine 1 ce que je peux partager

    Exemple de masques

    Classe à distance semaine 1 ce que je peux partager

     Des photos à venir...

     

    Cette méthode se sert des avancées en neuro sciences pour les aider à mémoriser. Je suis très enthousiasme car elle est complète, clé en main , il y a même les marionnettes pour jouer l'histoire et concerne selon les albums, les PS-MS-GS et CP. Un album est fourni avec . En voici quelques exemples, vous pouvez cliquer sur les images ci-dessous

     A très vite...


    votre commentaire
  • Voici quelques idées pour travailler la science en Moyenne Section ICI


    votre commentaire
  • Voici une idée originale pour travailler la couleur. Je pense qu'elle est adaptable à tous les niveaux de classe car pour bien comprendre les deux œuvres étudiées: une explication, et une recherche sur la couleur est nécessaire.  

    Voici le lien vers la rubrique ICI

    Belle lecture à vous! 


    votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    Cela fait longtemps que je n'ai pas écrit d'articles car j'avais besoin de me plonger dans mon nouveau niveau et mon nouvel établissement. Je sais que le blog est majoritairement lu par des enseignants de cycle 3 mais j'ai préparé un article sur la maternelle que je souhaite vous partager. Ce changement m'a fait voir certaines choses sous un autre angle et  le jour où je retournerai en cycle 3, je n'enseignerai pas tout à fait de la même façon.

    Ce qui est génial en maternelle c'est que les enfants sont partants pour tout, sont curieux de tout et que l'enseignant les éveille à une foule de choses, je vois déjà une évolution en un mois et demi de classe.  Cette envie, ce besoin de grandir et d'apprendre est alimenté par une multitude d'activités ludiques et motivantes: l'enfant bouge, apprend à son rythme, et il est confiant en ce qu'il peut faire.

    Cette motivation et cet enthousiasme diminuent chez beaucoup trop d'élèves, je trouve, au cours de la scolarité: classes trop statiques (et pour cause un manque de place et de moyens bien souvent), savoirs cloisonnés, pression du résultat et des parents , jeux vidéos à outrance et j'en passe… Quel dommage!

    Le truc, c'est que la motivation est tellement importante, on apprend tellement mieux avec… Je m'interroge aujourd'hui sur comment cette expérience en maternelle peut enrichir ma pratique en cycle 3... et j'ai déjà quelques idées…que je mûris.  

     

    Comme vous le savez, je m'intéresse de très près à l'avancée des neurosciences notamment dans le domaine de l'éducation et j'ai lu un ouvrage qui est vraiment génial. Savoir ce qui se passe dans la tête d'un enfant quand il est en colère, comprendre comment aider un enfant qui ne maitrise pas ses émotions… cet ouvrage fourmille de mille explications scientifiques avec des schémas  pour mieux comprendre et rejoindre un enfant en difficulté émotionnelle. J'ai déjà testé certaines choses et ça marche!!!

     

    Pour finir, voici les documents dont je me suis servie pour ce début d'année en MS  ICI


    votre commentaire
  • Cela fait longtemps que je n'ai pas donné de nouvelles et pour cause cette année est l'année du changement pour moi: changement d'école,  changement de niveau et de cycle. Je passe en cycle 1, moyenne section de maternelle. Après de très nombreuses années en cycle 3, il était important que je quitte ma zone de confort … De nouveaux défis et pleins de bons moments en perspective...

    Je laisse à votre disposition, toutes les ressources CE2, CM1 et CM2 du blog et si vous avez des questions, n'hésitez pas.

    Belle visite à vous. A très vite!


    votre commentaire
  • L'un de vous m'a signalé qu'il n'avait pas accès au dernier article car un mot de passe le protégeait. Je suis allée voir et effectivement mon article s'était mis par défaut dans une rubrique protégée. C'est réglé! Vous pouvez le lire ICI. Bonne lecture et belle journée à vous!!

     


    votre commentaire
  • Je suis extrêmement fière de mes élèves et du travail titanesque qu'on a fourni durant cette année pour que ce projet puisse aboutir. 

    Franchement c'est le projet le plus riche que j'ai eu à mener durant toutes ces années. Je me suis même découvert des talents cachés. D'ailleurs si vous souhaitez travailler la rédaction en lien avec l'environnement et les légendes avec un rendu  artistique, je vous le conseille vraiment.

    C'est un projet amateur et il y a certainement des imperfections dans l'enregistrement puisque je ne suis pas ingénieur du son mais ce n'est pas cela l'important. Avec les élèves on a écrit des textes, ils y ont pris du plaisir et ont découvert le métier d'auteur de A à Z. Ils ont développé tout un univers imaginaire et chacun y a participé avec ses talents...  Je comprends que certains auteurs viennent s'inspirer dans les classes. J'ai été impressionnée par les milliards d'idées que le groupe classe a pu avoir. La mise en voix a été aussi une découverte pour ce groupe classe, pas très à l'aise, avec l'oral (d'où le choix du projet). Au départ timides et mal à l'aise, ils m'ont impressionnée par leur  aisance au fil des prises. Pour certains, cela a même été une véritable révélation… 

    Ce CD s'est donc fait dans la joie et la bonne humeur avec une certaine exigence de leur part (Ils savaient très bien s'ils avaient réussi ou non leur mise en voix et demandaient spontanément à la refaire si ce n'était pas bon) et je pense que pour eux comme pour moi, cela restera un merveilleux souvenir… Même l'ambiance dans la classe a changé au fil du projet; ils se sont découverts les uns les autres et  sont plus soudés et plus solidaires qu'avant. 

    Je vous laisse découvrir par vous même en cliquant sur l'image

    ça y est notre projet d'année est fini!

     


    2 commentaires
  • Les dernières recherches en neurosciences ont démontré qu’il est essentiel de mettre les élèves en recherche pour leur permettre de développer leur goût pour les mathématiques.

    Dès le plus jeune âge, ils ont l’intuition des nombres, des quantités (cf : livre la bosse des maths 20 ans après) cette découverte du monde qui les entoure, développe chez eux une très grande curiosité et de nombreuses interrogations. Ils veulent comprendre ! Si cet appétit n’est pas alimenté, il s’éteint et le plaisir d’apprendre avec.

    Je suis toujours frappée par la passivité de certains de mes élèves, en début d’année, notamment en maths, comme s’ils n’avaient plus le goût d’apprendre, que tout était perpétuellement une corvée. Mon challenge est donc de les réveiller.

    Récemment, j’ai eu la chance d’accueillir, de nouveau, dans ma classe, Bernadette Guéritte-Hess pour une séance « décimaux et mesure ». J’ai pu observer mes élèves et j’ai été frappé par l’évolution de chacun. Tous totalement « réveillés », motivés, prêts à chercher, à trouver de nouvelles règles en maths, confiants en leurs capacités, ce qui n’était pas forcément le cas en début d’année.

    Développer le goût des mathématiques

    Qu’est-ce que je suis fière du chemin qu’ils ont parcouru, certains revenaient de très loin ! Ils sont même allés, en terme de réflexion mathématique, beaucoup plus loin que leur niveau de classe. J’en ai été admirative ! Forcément quand les mathématiques riment avec plaisir, tout est plus facile !

     

    J’ai conscience qu’on ne peut pas faire l’unanimité mais je trouve dommage de se priver de quelque chose qui fonctionne si bien ! Mon partage n’a qu’un but : aider à faire évoluer l’enseignement des maths car en France, il en a grandement besoin.

    Je rappelle également que j'ai une formatrice hors pair, spécialiste dans le domaine mathématique  ( elle a même enseigné les maths à des sourds et à une tribu amérindienne dont elle ne parlait pas la langue). Actuellement, elle  modernise au regard des neurosciences ce qu'elle sait et qu'elle a engrangé en de nombreuses années d'études  et en plus de 50 ans d'expérience. Certes, en tout ce temps, les élèves ont changé mais elle a évolué avec eux … Elle est incroyable!  Avec un tel bagage, la réussite n'est pas due au hasard. N'en déplaise aux sceptiques. Et  l'évolution très positive de mes élèves en est la plus belle preuve!Certains pays très avancés  dans le domaine de l'enseignement des maths, s'intéressent d'ailleurs de très près à son travail. 

    Il est vrai qu’il est difficile de se représenter un fonctionnement par des articles ou des fiches. Les personnes qui ont pu observer, dans ma classe, les séances, ont vu les étoiles dans les yeux des élèves, leurs réflexions de plus en plus expertes, leur plaisir d’apprendre. Sur un blog, c’est plus compliqué à voir.

     

    En fait, le secret réside dans l’expérience. Les mathématiques, ça se vit avant tout. Il s’agit d’une expérience personnelle qui entraine une réflexion. L’enseignant guide, oriente par ses questions mais en aucun cas ne donne des solutions toutes faites. Ce sont les élèves qui construisent les règles mathématiques, par la recherche, en se trompant parfois,  et cela change tout ! ON N’EN RESTE PAS A LEURS INTUITIONS INITIALES, ON S’EN SERT COMME POINT DE DEPART D’UNE RECHERCHE MAIS LA MANIPULATION PERMET DE LES REMETTRE EN CAUSE. L’élève apprend à raisonner par lui-même, il comprend les maths en profondeur.

    Développer le goût des mathématiques

    Du coup, dans la classe je n’ai plus des : « De toute façon, je suis nul, je n’y comprends rien » mais plutôt « Je me suis trompé, je le sais. Mais je ne comprends pas mon erreur, pouvez-vous m’aider ? Mes élèves me demandent donc en toute confiance, sans peur d'être juger, de faire preuve d’empathie intellectuelle car ILS VEULENT COMPRENDRE et cela me réjouit de voir qu'ils ont compris  la base de tout apprentissage. Lorsqu’un petit apprend à marcher, il tombe d’abord.

    J’ai conscience qu’il est plus simple et moins onéreux en temps pour un enseignant de dire les règles aux élèves et de les faire appliquer mais un élève qui ne les a pas trouvées par lui-même, ne fixera pas de la même façon, les choses et ne fera pas forcément les liens nécessaires. Il tentera de calquer son raisonnement sur ce que l’adulte attend même si parfois cela n’a pas de sens pour lui.

    Chaque début d’année, j’ai la sensation de passer beaucoup de temps dans la manipulation, la préparation de situation de recherches. Mais ce temps-là est largement rattrapé à partir de janvier car la classe a mis en place des mécanismes de raisonnement qui permettent d’avancer beaucoup plus vite. Cela m’impressionne toujours.

    Développer le goût des mathématiques

    En voici les étapes :

    1) Matériel devant élèves et manipulations 

    2) Verbalisation de ce qu’ils ont fait par eux. (l’enseignant a anticipé tous les cas de figures, en envisageant des questions en cas de blocage, parfois il est nécessaire de revenir à la manipulation).

    3) On fait le geste pour passer dans l’abstraction

    Développer le goût des mathématiques

    4) On écrit ce qui s’est passé

    5) On construit une trace écrite qui reprend ce qui a été découvert et on la mémorise en vue de la garder dans sa tête sur le long terme. (Cette mémorisation se fait d’autant plus naturellement que l’élève s’est impliqué personnellement par l’expérience qu’il en a faite) . JE SUIS ENCORE  EN PLEINE REFLEXION SUR CE SUJET.

    6) On s’entraine individuellement sur toutes les situations possibles. Le contexte est changé et la compréhension profonde de ce qui a été vu, est vérifiée. (Tutorat et retour à la manipulation, verbalisation, au gestuel est parfois nécessaire car le temps de comprendre est différent selon les élèves). Différenciation en fonction d’où se situe l’élève.

    7) Test(s) Les neurosciences préconisent des petits tests réguliers pour que l’élève puisse confronter ce qu’il croit avoir compris avec ce qui est attendu. (remédiation si nécessaire)

    8) Rituels. Pour fixer un concept sur le long terme, il vaut mieux le voir en plusieurs fois (le sommeil joue un rôle dans la mémorisation à long terme) et la répétition par un rituel permet de savoir où je l’ai rangé dans mon cerveau. Cela permet de laisser un temps d’assimilation plus long aux élèves plus lents. Je varie les rituels en fonction des besoins des élèves. Pendant deux périodes nous avions de 1 à 3 problèmes par jour à résoudre avec des opérations. Nous faisons actuellement un rituel de 10 conversions par jour en utilisant internet.

    9) EVALUATION BILAN

     

    Maintenant parlons du mot « enlever » que j’ai mis dans la carte mentale sur les opérations et qui pose problème à certains d’entre vous.

    Développer le goût des mathématiques

    Je travaille sur les bases et dans le cas général lorsque je soustrais, quel est le geste mathématique ? Je prends dans le tout, une partie. Donc j'enlève, c’est la base. De plus qu’est-ce qui est important de comprendre dans le concept de la soustraction ? Quelle manipulation peut aider à le comprendre ? sont à mon sens, les vraies questions qu’il faut se poser. Comprendre la soustraction, c’est comprendre l’inclusion. Nous avons un tout que nous connaissons et des parties non égales qui sont dans le TOUT (contrairement à l’addition) et nous cherchons une de ces parties.

    Combien de fois, année après année, ai-je demandé à mes élèves en début d’année de me faire avec des jetons 5-3 et de les voir me mettre d’un côté 5 et de l’autre côté 3, preuve qu’ils n’avaient pas intégrer ce concept pourtant essentiel à la reconnaissance d’un problème de soustraction. (séance ICI)

     Alors certes, ensuite, il faut, par une série de problèmes multiples et variés, travailler sur des contextes différents pour éviter la simplification à outrance de ce concept, et travailler la flexibilité du raisonnement mathématique (la réversibilité notamment. C'est marqué plus, pourquoi tu fais moins?) mais parler d'enlever en ce qui concerne la soustraction  reste la base quand même.

     

    Dernièrement, nous avons travaillé avec la classe, les concepts d'encadrer et arrondir des nombres décimaux. Cette année, j'ai décidé de ne pas l'aborder avec la droite graduée qui complique, pour certains les choses. Nous sommes partis du jeu du juste prix avec le matériel de la classe . Nous l'avons un peu théâtralisé… Et franchement, ils sont repartis en ayant compris beaucoup de chose. C'est bien-sûr, à retravailler mais ils se sont investis, ils ont pris du plaisir à réfléchir et ont bien souvent trouvé les réponses sans que je doive intervenir avec des questions. Ils ont même fait de nombreux liens. C'est valorisant pour eux, comme pour moi!

    Si j'ai le temps et que ça vous intéresse, je pourrai vous faire un article dessus avec les photos à l'appui.

    Je vous souhaite de magnifiques moments avec vos élèves. N'hésitez pas à me faire part de vos retours!


    votre commentaire
  • Voici le lien vers la méthode géniale que je teste actuellement en anglais. ICI

    Pour laisser vos commentaires….


    votre commentaire
  • Voici le lien vers la rubrique géographie que je viens d'étoffer:

    La nature en ville en géographie ICI

     

    Bonne lecture! 


    votre commentaire
  • Travailler la poésie n'est pas simple. Pourtant, jouer avec la langue et les émotions est un moyen d'expression tout à fait extraordinaire!

    Le texte rhétorique: c'est fantastique!

    Je vous partage aujourd'hui la séquence réalisée en classe  et qui a donné naissance à de très jolies productions! Je suis vraiment fière d'avoir pu  accompagner mes élèves dans cette découverte.

    Une chanson est même née à partir de leur dernier poème. 

    Je vous invite donc à découvrir cette séquence  en cliquant sur le lien ICI

     

    Si cela vous inspire, n'hésitez pas à me laisser un petit commentaire… Merci!

     


    votre commentaire
  • Tout d'abord, je voudrais vous souhaiter mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Notre métier est plein de défis et je vous souhaite de continuer à vous épanouir dans ce que vous entreprenez…

    Nouvelle rubrique

     

    Voici une nouvelle rubrique qui s'appelle Flash maths où je partage notamment les nouveaux diaporamas que je projette en maths. 

    Nouvelle rubrique

    En voici un extrait ICI

     

    Et pour finir


    Nouvelle rubrique

     à vous que me suivez depuis longtemps.

    à vous qui pensez à me laisser un petit commentaire encourageant qui illumine ma journée…

    à vous qui m'inspirez chaque jour... 

     


    3 commentaires
  • Je vous partage aujourd'hui les diaporamas de mes  3 première périodes en géographie qui vont avec la méthode Magellan ICI


    votre commentaire
  • Cet été en me penchant sur les programmes, je me suis aperçue que la phrase exclamative avait basculé dans les formes de phrases et plus dans les types de phrase.

    Réjustement des programmes: la forme exclamative

     

    Une ancienne collègue avec un DEUG de lettres m'avait parlé de cette erreur, il y a quelques années,  sur la phrase exclamative qui n'était pas, en fait, un type de phrase mais comme c'était dans les programmes, je continuais de l'enseigner comme ça. 

    En creusant, j'ai trouvé une explication très claire de madame Picot sur  pourquoi il s'agit d'une forme et pas d'un type de phrases,  dans les commentaires ICI

    Du coup  pendant les vacances, j'ai cogité pour savoir comment désapprendre aux élèves ce concept pour le réapprendre correctement.

    Je vous partage ici le diaporama sur ces 3 séances: une sur les types de phrases, une sur la forme négative, une sur la forme exclamative.

     J'ai mis un test rapide à la fin de chaque nouvelle séance car, selon les neurosciences, il s'agit du meilleur moyen pour l'élève de vérifier s'il sait et de pouvoir y remédier s'il se rend compte qu'il ne sait pas. De plus cela renforce la mémorisation à long terme d'après les dernières expériences scientifiques. Du coup, j'expérimente...

    Télécharger « types et formes de phrase.pdf »

    Et voici deux cartes mentales qui sont présentes aussi dans le diaporama.

    Réjustement des programmes: la forme exclamative

    Réjustement des programmes: la forme exclamative

    Réjustement des programmes: la forme exclamative

    Attention, à la négation dans une phrase interrogative :

    ex: Ne mange-t-il pas à la cantine? Si pour une affirmation qui contredit la négation de la question . Non s'il ne mange pas.

     

    Si cela vous a plu ou aidé, n'hésitez pas à laisser un commentaire!


    20 commentaires
  • Grâce à Bernadette Guéritte-Hess que je remercie, j'ai découvert 2 films sur l'école de demain qui traitent de l'avancée des neurosciences et c'est vraiment passionnant. Attention ces vidéos ne sont en replay que jusqu'au 11 novembre.

     

    vidéo 1 lien ICI

    vidéo 2 lien ICI

     

     

    Et voici une carte mentale des 4 piliers d'apprentissage

    Quand les neurosciences s'invitent à l'école...

    Ce que j’ai retenu de demain l’école émission sur ARTE 

     

    2 systèmes scolaires sont mis en parallèle, celui de Singapour et celui de Finlande.

     

    SINGAPOUR

     

    Bien qu’il soit extrêmement intéressant de comparer ce qui fonctionne dans d’autres pays, le système de Singapour basé sur l’effort, le travail et la discipline me dérange car les enfants dès tout-petit sont en compétition, ils ont pour 80% d’entre eux du soutien scolaire tous les jours ( ce qui rallonge les journées d’école) avec beaucoup de devoirs le soir.  La fillette de 10 ans,     interrogée expliquait qu’elle manquait de sommeil et se sentait submergée par le travail, elle aurait souhaité avoir un peu  de loisirs. Elle paraissait épuisée. Le taux de suicide des 10 – 17 ans  a d’ailleurs augmenté de 50% dans ce pays car la pression est trop forte pour des enfants de cet âge. De plus, s'ils sont conditionnés dès leur plus jeune âge , la créativité et l’esprit critique ne risquent -ils pas de leur manquer pour devenir de vrais leaders? 

     

    Ce que je retiens d’intéressant

     

    Parole du créateur de la méthode Singapour BAN HAR YEAP : «  L’apprentissage des mathématiques, ce n’est pas du calcul, une technique routinière, ce n’est pas une mémorisation par cœur, il s’agit de penser, de résoudre des problèmes, il s’agit de comprendre les choses. »

     

    La méthode de Singapour est célèbre pour ses résultats très  positifs sur les élèves qui, je le rappelle, sont passés 1er au dernier rapport PISA. En effet, elle propose un glissement progressif du concret vers l’abstrait pour permettre à l’enfant de mettre du sens sur ce qu’il apprend.  « Il est essentiel, de s’appuyer sur le sens inné des nombres pour construire, rattacher le nombre à du concret ». Stanislas Dehaene

     

    De plus, il est important avant d’aborder un concept, de laisser les enfants réfléchir à ce qu’ils doivent apprendre et à ce qui est difficile pour eux.  

     

    Pour finir les enseignants jouissent d’une formation de grande qualité.

     

    FINLANDE

     

    En Finlande, le système est très différent du précédent et adapté à un nombre restreint de personnes avec un niveau relativement homogène, selon le reportage. Le temps d’école est diminué pour permettre à l’enfant de s’épanouir en dehors de l’école car nous n’apprenons pas uniquement à l’école. Il s’agit d’un des pays avec le moins d’heures à l’école et le moins de devoirs à la maison. Il est pourtant 5 ème au dernier rapport PISA. Dans ce pays, une attention toute particulière est donnée à l’environnement de l’élève : qualité de l’air, classes lumineuses, temps de pause ;  mais aussi à la formation des enseignants (5 ans) et aux méthodes pédagogiques innovantes comme celles de Montessori et Freinet.

     

    « De nombreuses études scientifiques attestent qu’un apprentissage laisse plus de trace dans la mémoire quand il est associé à une activité manuelle, sensorielle ».

     

    L’accent  est mis sur l’autonomie et la coopération favorisées par un travail de groupes. « L’élève est un sujet actif et pas un objet d’enseignement. Enseignants et élèves sont passés du face à face au côte à côte (…). Le rôle de l’enseignant est de les aider à se débrouiller dans ce monde, à distinguer une information correcte d’une fausse pour qu’ils puissent produire de l’information par eux-mêmes »

     

    De plus contrairement au système français qui axe son enseignement sur l’égalité (= le même enseignement  pour tous) , les élèves finlandais sont traités de façon différente (l'équité) en fonction de leurs besoins avec une pédagogie qui s’appuie sur leurs points forts  . C’est ce qu’on appelle la personnification de masse. On prend en compte les spécificités de chacun et on ne cherche pas à les mettre dans un même moule.

     

     Un travail de fond sur les valeurs humaines est également proposé : respect, entraide, empathie avec des cours de « nous » où on se concentre sur le groupe et le fonctionnement et le bien –être de chacun. « L’enfant qui fait preuve d’empathie améliore son estime de soi, ce qui se répercute sur ses résultats scolaires. »

     

    Tout est fait pour développer leur capacité de résilience, leur créativité, leur estime de soi.

     

    Une étude récente faite aux USA dénonce la surexposition aux écrans qui réduit l’interaction humaine et l’empathie.

     

     

     

     D’autres exemples d’écoles sont proposés dans ce reportage mais elles me semblent moins intéressantes : ATsckool, KHAN Academy. Cette dernière serait à l’origine de la classe inversée.  Petit rappel : le principe de la classe inversée consiste à inverser ce qui se fait en classe et en dehors avec une capsule vidéo de leçon à travailler à la maison pour laisser plus de temps aux explications et aux exercices à l’école.

     

    Pour ma part, je n’utilise pas cette pédagogie car elle n’est pas adaptée aux besoins des  élèves que j’ai actuellement.

     

    vidéo 2: les sciences du cerveau

    L’émergence des nouvelles technologies permet une exploration du cerveau au moment où l’enfant est en train de résoudre une tâche . Du coup le fonctionnement de notre cerveau est moins mystérieux.

     

     Il se reprogramme en permanence même à l’âge adulte. Notre cerveau est conçu pour apprendre.

     

    Le langage est le fruit de l’évolution et notre cerveau est conçu, génétiquement programmé, pour cela. D’autres activités comme la lecture sont apparues plus récemment et sont donc plus difficiles à acquérir car le cerveau n’a pas d’aire pour ça.

     

    Pour qu’un enfant apprenne mieux, les sciences cognitives préconisent de renforcer les piliers cérébraux de l’apprentissage qui déterminent la vitesse et la rapidité d’apprentissage.

     

    PILIER 1 : L’ATTENTION

     

    On peut la mesurer aujourd’hui. L’attention sélective est la capacité à filtrer les informations distractives et à augmenter le volume des informations sur lesquelles nous voulons nous concentrer (indispensable dans une salle de classe).

     

    « Quand un enfant dit : je ne vois pas, dans les classes, il faut le prendre au sérieux. Cela nous arrive à tous, de ne pas savoir à quel niveau, il faut orienter son cerveau. »

     

    « C’est le talent le plus important d’un enseignant que d’arriver à orienter l’attention de l’enfant dans le bon niveau de traitement, celui qui est pertinent. » Stanislas Dehaene

     

    Cette capacité est peu développée chez les jeunes enfants car elle dépend du cortex préfrontal qui n’arrive à maturité qu’à l’âge adulte. C’est le siège des fonctions exécutives qui permet de réguler les autres fonctions cognitives.

     

    Il existe 3 grandes fonctions exécutives

     

    1)    Le contrôle inhibiteur pour résister aux sources de distractions nombreuses dans une classe.

     

    2)    La mémoire de travail pour garder en tête de façon temporaire des informations nécessaires à l’exécution d’une têche, d’un travail.

     

    3)    La planification pour organiser les étapes à suivre afin de réaliser une tâche. Fonction indispensable sans lesquels aucun progrès sérieux et stable n’est possible. (Pour aider les enfants dès leur plus jeune âge à développer la planification, il est nécessaire de leur donner un objectif très précis, selon Céline Alvarez; par exemple tu nettoies la table mais tu ne laisses aucune goutte d’eau. Ce qui va permettre à l’enfant d’agir de façon très ordonnée.

     

    PILIER 2 : L’engagement actif

     

    Un élève apprend mieux, s’il est engagé dans son apprentissage. Un cerveau passif n’apprend pas. De plus en plus de pédagogies sont actives avec un projet d’éducation par la recherche.  « Le questionnement est l’une des plus belles manières de mener à la connaissance. »

     

    Les machines ne pourront jamais remplacer l’homme sur le questionnement, la mise en lien et le relationnel, il est donc important de développer ça chez l’enfant.

     

    Un enfant actif dans ses apprentissages est davantage curieux. Cela entraine une sécrétion de dopamine dans le cerveau qui est l’hormone du plaisir et stimule l’hippocampe (= rôle central dans la mémorisation à long terme).

     

    Du coup un travail en groupe entraine une meilleure mémorisation et restitution des connaissances.

     

    PILIER 3 : l’ERREUR

     

    Normale et indispensable pour apprendre. Le cerveau reconfigure des réseaux neuronaux au moment où l’enfant se rend compte qu’il a commis une erreur ce qui lui permet d’affiner les réponses suivantes et de se corriger. « Le cerveau pour apprendre a besoin de signaux d’erreurs, messages qui s’échangent en permanence entre différentes zones du cerveau et qui permettent de corriger. Le plus important c’est de savoir où on s’est trompé, d’où venait cette erreur, comment puis-je la corriger ? Il est nécessaire de prévoir une correction rapide après l’apprentissage avec des tests ou des quiz parce que l’activité de restituer les savoirs permet de mieux les retenir.

     

    Il est prouvé scientifiquement que l’alternance mémorisation/ test donne de meilleurs résultats. En effet, lorsqu’on se teste, on reçoit un feedback et on se rend compte si on ne sait pas. Ce n’est pas parce que l’information est stockée dans sa mémoire de travail qu’elle le sera dans la mémoire à long terme. Il faut donc prévoir des moments d’apprentissages spécifiques 15 minutes) et très rapidement des périodes de tests où l’enfant valide ses connaissances et découvre ce qu’il sait ou au contraire ce qu’il ne sait pas encore et qu’il doit encore travailler pour avoir  des résultats optimaux.

     

    Parfois travailler sur les erreurs des élèves c’est travailler sur l’inhibition. Dans ce problème j’entends plus pourtant il faut faire moins… Il faut lutter contre des automatismes parfois et pour cela il est nécessaire de développer la capacité à les bloquer.

     

    De plus, pour respecter autrui grâce au cortex préfrontal, je dois inhiber mon égocentrisme, ma façon de voir les choses et activer le point de vue de l’autre et faire une synthèse entre mon point de vue et le sien. Quelqu’un qui a de bonnes fonctions exécutives s’inhibe pour faire quelque chose d’utile à son apprentissage , à son métier.

     

    PILIER 4 : Consolidation

     

    Ce pilier est indispensable pour passer à l’apprentissage suivant. Pour rendre un apprentissage automatique, la répétition est nécessaire. Plus une connexion synaptique est sollicitée, plus elle se renforce, plus l’information circule vite. A l’inverse, une connexion neuronale non stimulée tendra à disparaitre.

     

    Le sommeil joue un rôle fondamental dans cette consolidation. Le cerveau est encore actif, il se rejoue ce qui s’est passé durant la journée, nos performances sont améliorées après une simple sieste. L’idée est donc de fractionner les apprentissages avec des pauses et sur plusieurs jours car ils seront  plus solides sur le long terme grâce au sommeil.

     

    Pour la lecture, notre cerveau est obligé d’affecter une aire visuelle du cortex occipital temporal de l’hémisphère gauche  qui va donc se spécialiser dans la reconnaissance des mots écrits alors qu’elle est programmée initialement pour la reconnaissance d’objets, d’où les erreurs de lettres en miroir… Il lui faut du temps pour désapprendre. Les neurosciences démontrent clairement que le déchiffrage donc la méthode syllabique est indispensable à l’apprentissage de la lecture. Entrainer les enfants à la vitesse de lecture  aide à les aider à comprendre. La moyenne de lecture (fluence) se situe entre 80 et 110 mots minutes. La méthode globale active une aire de l’hémisphère droit , donc pas la même zone.  

     


    1 commentaire
  • Voici une nouvelle séance d'observation de Madame Guéritte-Hess dans ma classe de CM2 fin septembre 2018. Ce fut un moment incroyable pour les élèves et moi. En fait, cela a été la 1ère séance de l'année sur les grandeurs et mesures et franchement cela a grandement facilité le travail sur les durées puis le travail sur le système métrique que j'ai vus ensuite. Un grand merci à elle.

    1) Aujourd'hui on va travailler sur l'équivalence numérique.

    Elle découvre une affiche où il est écrit:

    "équivalence numérique"

    Qu'est- ce que ça veut dire? 

    Un élève trouve: équi= égale / valence= valeur

    numérique = nombres.

    Vous allez essayer de le retenir. Elle cache l'affiche et demande aux élèves de le dire. Elle la remontre puis la recache et demande comment ils ont fait pour le retenir. Qu'est-ce qui s'est passé dans ta tête?

    Plusieurs élèves le disent.

    2) équivalence 3 cubes = 1 assiette.

    Regardez ce que je vous ai mis sur la table, fermez les yeux puis réouvrez-les et préparez-vous à la question:

    Qu'est-ce qu'il y a sur la table?

    Séance sur l'équivalence numérique

    Plusieurs élèves disent ce qu'il y a.

    Séance sur l'équivalence numérique

     1 mot qui parle de tout ça? du matériel, des objets.

    Regardez-moi. Elle mime le fait de mettre 3 cubes dans le pot. Faites-le! Préparez dans votre tête ce que vos yeux voient, ce que vous avez fait.

    Je vois 3 cubes dans une boite dorée ..TOP trop de mots.

    3 cubes. 

    Maintenant regardez bien. Elle retourne le pot. Qu'est-ce que tu vois? Une boite. Top! 

    Elle écrit au tableau

    3 cubes

    1 assiette

    Séance sur l'équivalence numérique

    3) Quelle est la différence entre un nombre et un chiffre?

    Je vais vous montrer. Elle prend et écris 3 au tableau. Elle tape 3 fois. C'est un nombre. Un nombre ça se fait. ça répond à la question combien?

    1 chiffre c'est un caractère d'imprimerie qu'on prend dans la main, ça sert à écrire un nombre, il y en a 10.

    Quel nombre voyez-vous? 1

    Qu'est-ce qui est le plus 3 cubes ou 1 assiette?

    L'un finit par trouver: c'est égal, c'est les deux.

    Cette capacité comment ça s'appelle déjà?  Elle montre la feuille retournée qu'ils devaient mémoriser: équivalence numérique.

    Voici la planification de ce que nous allons faire.

    Séance sur l'équivalence numérique

    Fermez les yeux. On va dire les deux façons de le dire: 3 cubes et 1 assiette.

    4) équivalence 1 main= 5 doigts

    Elle mime 1 doigt, 2 doigts, 3 doigts, 4 doigts, 5 doigts. Elle attrape sa main: 1 main.

    Montrez-moi 5 doigts, 1 main.

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

     

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Fermez vos yeux, pensez à deux façons de le dire.

    Tu peux me dire les 2 façons? 5 doigts, 1 main

    Qu'est-ce qui est le plus? les deux. 

    Elle montre

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

    ça c'est l'équivalence numérique. Pour voir 1 main, les yeux doivent effacer les doigts. Qu'est-ce qu'on est en train de travailler? l'équivalence numérique. Et ça veut dire quoi? 2 façons de le dire.

    Elle l'écrit au tableau 

    1 main

    5 doigts

     

    5) 1 bouquet= 5 roses

    Mime. Je prends 1 rose, 2, 3, 4, 5 = ça fait 1 bouquet.

    Les élèves sortent "c'est un terme générique",(qu'on avait vu lors de l'addition et soustraction) . Elle les félicite. 

    Elle prend 4 élèves. Mimez des musiciens. Elle compte 1, 2, 3, 4, c'est quoi? un quatuor.

    C'est1 ou c'est 4? c'est les deux, ça dépend de quoi on parle.

    Et ça s'appelle? l'équivalence numérique

     

    6) 1 triangle= 3 côtés

    Elle dessine 1 triangle. C'est aussi quoi? 3 côtés

    Vous le passer par votre tête avant de répondre.

    Je vois 1, c'est un quoi? triangle

    Je vois 3, c'est des quoi? côtés (plusieurs fois)

    Elle l'écrit au tableau

    1 triangle

    3 côtés

    7) Révision des équivalences numériques vues

    Je vais mélanger, on repense aux doigts, main, cubes assiettes, triangle et côtés.

    Mes élèves disent des bêtises quand elle les interroge. Elle dit: "Ta bouche dit quelque chose qui n'est pas passé par ton cerveau".

    - Elle cache les nombres

    ? doigts

    ? main

    ? cubes

    ? assiette

    ? triangle

    ? côtés

    - Elle cache l'objet avec sa main

    J'en vois 1, je vois quoi?

    J'en vois 3, je vois quoi?

     

    Quand ils ne se trompent plus...

    8)  7 jours = 1 semaine

    Affiche 7 jours et elle couvre avec 1 semaine

    Séance sur l'équivalence numérique

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Regardez bien et dites-moi 2 façons. Elle cache l'affiche.

    1semaine, 7 jours. Qu'est-ce qui est le plus? les deux

    Je vois 1 je vois quoi? 1 semaine

    Je vois 7 , je vois quoi? 7 jours.

    Je vois jours? je vois 7

    Je vois semaine? je vois 1

    Elle montre sa main, nombre? 1

    Elle montre ses doigts, nombre? 5

    Elle montre le triangle dessiné au tableau.

    Je pense à 3? côtés

    Je pense à 1 ? triangle

     

    9) équivalence de plus de 2 nombres

    Elle mime 3 cubes dans 1 assiette.

    Elle prend une autre assiette et en remet 3.

    Puis encore une

    Il y a combiens d'assiettes? 3 avec 3 cubes dans chacune. On les mets ensemble dans un sachet.

    Séance sur l'équivalence numérique

    Combien de cubes dans 1 sachet? 9

    Quelle est l'équivalence numérique? 1 sachet= 3 assiettes. Que deux façons? non il y a aussi les 9 cubes. Donc il peut y en avoir plus que 2 façons.

    On va le redire 1 nombre + 1 mot

    9 cubes

    3 assiettes

    1 sachet

    Là il y  a 3 façons.

     

    J'en vois 3, je vois quoi? des assiettes. J'en vois 1 je vois quoi? un sachet. Je vois 9, je vois quoi? des cubes.

     

    Je vais mettre exactement la même chose dans le deuxième sachet et dans le troisième et je mets tout dans un sac FNAC. Ils cherchent toutes les équivalences puis trouvent

    27 cubes

    9 assiettes

    3 sachets

    1 FNAC

     

    Je vois 27, je vois quoi? Et 9? et 3? et 1?

    cubes? 27, assiettes?9, FNAC? 1, sachets? 3

    Elle interroge tous les élèves un par 1.

     

    Et si j'ai 2 FNAC? 

    Elle le fait puis ils retrouvent toutes les équivalences

    Séance sur l'équivalence numérique  

    10) équivalence de durées

    Elle montre une horloge. ça s'allume à chaque seconde.

    Séance sur l'équivalence numérique

    On va compter en claquant la langue dès que la minute change. Ils comptent et elle demande : tu as fait combien de fois clac? 60 fois.  Qu'est-ce qu'on est en train de travailler? les secondes

    L'autre nombre c'est toujours quoi? 1

     60 secondes= 1 quoi?

    1 minute.

    2 Mots - 2 façons de le dire

    60 secondes= 1 minute.

    Bravo! On dit que 60 secondes c'est égal à 1 pourquoi?

    secondes par rapport aux minutes c'est plus grand ou plus petit? 

    Fermez les yeux.

    Si le mot représente quelque chose de  plus petit, il en faut beaucoup donc le nombre est plus gros

    Si le mot représente quelque chose de plus grand, il en faut 1.

    Qu'est-ce qui est plus grand? secondes ou minutes? minutes. Si je ne regarde que les mots, qu'est-ce qui est plus petit? les secondes

    60 s= 1 minutes.

    Elle écrit

    Séance sur l'équivalence numérique

     

    Je vois un mètre mais dans mon cerveau, j'en vois 100. Montrez-moi ce que je vois? C'est 100 ou c'est 1? c'est les deux. Je pense à 100, cent quoi? centimètres. Je pense à 1 à quoi je pense? 1 mètre.

    Séance sur l'équivalence numérique

     

    Et voilà la séance s'arrête là.

     

    Et voici la carte mentale interactive que j'ai créée  pour que les élèves gardent une trace écrite de cette séance.

    Séance sur l'équivalence numérique

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

    Séance sur l'équivalence numérique

     

     

     

     

     

     

     

    Télécharger « carte mentale mesure 1 équivalence numérique durées [Lecture seule].pdf »

     Il y a une petite erreur sur 1 an que je corrigerai ultérieurement.

     Pour voir d'autres séances de maths cliquez ICI

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires